Bienvenue

12 mai 2014 : les infirmières, une force pour le changement

Chaque année et depuis 1965, le 12 mai, la Journée Internationale de l’Infirmière est célébrée, en honneur à Florence Nightingale, née le même jour. Cette dernière a contribué à de nombreuses améliorations de la profession infirmière. Cette journée est donc l’occasion de réaffirmer son engagement à vouloir améliorer les conditions de travail des infirmières. 

Le Conseil International de l’Infirmière commémore donc chaque année cette date par la production et la distribution de dossiers. Le CII admet que la santé de la population mondiale dépend de la disponibilité du personnel soignant, bien formé, motivé et assez nombreux. Il reconnaît que l’accès équitable à des services de qualité est impossible sans infirmières bien préparées et peu nombreuses. Pour cette édition 2014, le CII souhaite mettre l’accent sur la ressource vitale que constitue la main-d’œuvre infirmière. Le thème de la Journée Internationale de l’Infirmière 2014 est intitulé « Les infirmières, une force pour le changement : une ressource vitale pour la santé ». Le Conseil International de l’Infirmière, à l’origine de cet événement, représente plus de 13 millions d’infirmières du monde entier. Il œuvre pour rappeler au grand public combien les infirmiers et infirmières sont indispensables pour garantir des soins infirmiers de qualité. Le CII met à contribution un kit pour chaque infirmière, association, ministère de la Santé ou autres institutions de Santé, contenant du matériel éducatif et d’information publique. 

Chaque année, des activités sont organisées le 12 mai, mais également après cette date. Le CII encourage vivement les infirmières, où qu’elles soient, à faire « le plus grand usage » de cette campagne durant toute l’année, que ce soit individuellement ou en groupe. Les documentations distribuées par le Conseil International de l’Infirmière sont essentielles pour comprendre les réalités du marché du travail dans les soins de santé : déséquilibre entre l’offre et la demande de personnels, répercussions de la crise financière, émigrations et durée de la carrière des infirmières. 

Accent sur la main-d’œuvre infirmière.

Comme le témoignent Judith Shamian et David C. Benton, respectivement présidente et directeur général du CII, les documentations soulignent le lien étroit entre la planification de la main-d’œuvre, la mesure de la charge de travail des infirmières et organisation des tableaux de service, ainsi que la sécurité des patients, dans un contexte où l’évolution des domaines de pratique et l’influence des nouvelles technologies changent la manière de travailler des infirmières.

Les infirmières et les dirigeants du monde entier doivent mettre l’accent sur la main-d’œuvre infirmière qui représente une priorité globale pour parvenir à une meilleure santé, accessible à tous. Ces dernières années, le fardeau des maladies non transmissibles, dont les maladies mentales, ainsi que le vieillissement des populations, ont obligé les gouvernements et les professionnels de santé à penser différemment. Cela passe par un regain d’attention sur la prévention des maladies, sur la promotion de la santé, ainsi qu’un changement progressif des lieux où les soins sont prodigués.

Le 12 mai est aussi la Journée Mondiale de la Fibromyalgie.

Née en 1820 en Angleterre, Florence Nightingale est célèbre pour avoir voué sa vie aux soins des malades. Infirmière hors du commun, elle devient rapidement le fer de lance de réformes importantes de l’hôpital, et laisse un héritage considérable. Douée pour les mathématiques, elle établit des statistiques pour dénoncer les conditions de vie des patients à l’hôpital. Féministe, elle renonce à épouser un homme de la haute société pour continuer à exercer son métier d’infirmière dans le dévouement et la compassion.

Le 12 mai est aussi la Journée Mondiale de la Fibromyalgie, une maladie chronique dont était atteinte Florence Nightingale. Reconnue en tant que maladie rhumatismale par l’OMS en 1992, la Fibromyalgie se caractérise par une sensation de douleur générale diffuse, ou de brûlure ressentie de la tête aux pieds. Souvent invalidante, cette maladie chronique est à l’origine d’un sentiment de fatigue profonde. Malheureusement, elle n’est pas toujours reconnue par l’entourage, faute de symptômes physiques. 

Courageuse, altruisme, compassion, douceur, patience, disponibilité…

Générosité, altruisme, compassion, douceur, patience, disponibilité… Le métier d’infirmière a toujours nécessité des qualités humaines. Ces passionnées, guidés par l’envie d’aider, donnent chaque jour le meilleur d’eux-mêmes, afin d’accompagner des milliers de malades, et leur entourage, dans le besoin. Même si les femmes sont largement majoritaires, les hommes sont de plus en plus nombreux. A l’occasion de cette journée, les proches des infirmiers et infirmières pourront les remercier à l’aide de cartes, dessins et autres illustrations. 

Courageuse, dévouée, vaillante, énergique, bienveillante, humaine, attentionnée, ou encore tolérante, on ne compte plus leurs qualités. « Les infirmières possèdent une expérience, des connaissances et des compétences essentielles pour mettre en œuvre les politiques de santé, et leur apport aux postes d’encadrement supérieur stratégiques peut être très précieux », a indiqué Anne Felton, présidente de la Fondation des Infirmières Européennes en Diabétologie. 

Mise en place d’un cursus Licence Master Doctorat.

Le Conseil International Infirmier pense qu’une main d’œuvre infirmière éduquée et qu’un cadre de travail favorable permettent des soins de qualité. Il revendique la mise en place d’un cursus Licence Master Doctorat complet, qui serait adossé à une filière en Sciences Infirmières, comme dans d’autres pays européens. Les soignants ne veulent plus de discours, mais bien des actes. 

Les spécialisations infirmière actuelles, IADE, IBODE et puéricultrices doivent voir leur référentiel de formation révisé, reconnu statutairement et financièrement. Les pratiques avancées, comme la cancérologie, la gérontologie ou encore la psychiatrie, doivent également être « mastérisées ». Par ailleurs, au-delà des reconnaissances de compétences sur un plan salarial, il s’agit de donner une véritable place aux soignants. Un cadre de travail favorable permet, en effet, d’assurer la sécurité et la qualité des soins dans le système de santé français.

Prise en compte de la pénibilité de la profession infirmière.

A travers les mobilisations de ce 12 mai 2014, la CNI revendique la définition de ratio infirmier au lit du patient, mais aussi la prise en compte de la pénibilité de la profession infirmière, avec le retour à la catégorie active en fonction publique, une bonification d’un an tous les cinq ans ainsi que l’élargissement de cette mesure au secteur privé.

Aujourd’hui, l’ensemble des professionnels de la fonction publique se voient imposer sept ans de travail supplémentaires, ainsi qu’une augmentation progressive des cotisations retraite, étalée jusqu’en 2020. La CNI se déclare donc solidaire des revendications du 12 mai, et partage les volontés de revalorisation du point d’indice. Elle demande également une hausse des primes de week-end et de nuit. Après avoir nié les aspirations de ces professionnels de santé, le système de santé français est le premier visé par les mobilisations de ce jour. Les infirmiers veulent être reconnus à leur juste valeur et être rémunérés en conséquence.

1 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Marisol Touraine a dévoilé les grandes lignes du plan d’économies pour l’Assurance-maladie. Il portera sur les médicaments à hauteur de 3,5 milliards d’euros et sur l’hôpital pour 2 milliards d’euros.