Bienvenue

28 avril : Journée Mondiale de la Sécurité et de la Santé au Travail

Toutes les quinze secondes, un travailleur meurt d’un accident ou d’une maladie lié(e) au travail. Toutes les quinze secondes, 160 travailleurs sont victimes d’un accident lié au travail. L’édition 2014 de la Journée Mondiale de la sécurité et de la santé au travail porte sur le thème « La sécurité et la santé dans l’utilisation des produits chimiques au travail ». Célébrée chaque année le 28 avril et depuis 2003, elle est organisée par le Bureau International du Travail (BIT). 

A noter que cette journée coïncide avec la Journée Internationale de Commémoration des Travailleurs morts ou blessés au travail, organisée en hommage aux victimes d’accidents du travail et de maladies professionnelles. A l’occasion de la Journée Mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le BIT a publié un rapport « La sécurité en chiffres » qui montre que plus de 2,2 millions de travailleurs meurent chaque année dans le monde, dans le cadre du travail, à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, soit près de 6 300 personnes par jour. Chaque année, des travailleurs, des employeurs, des gouvernements et des ministères de la santé et de la sécurité célèbrent, partout dans le monde, cette journée, dans le but de promouvoir la « culture de la sécurité ». Depuis 1996, le mouvement syndical rend ainsi hommage aux victimes des accidents et des maladies du travail. C’est l’occasion de mettre l’accent sur la prévention des accidents du travail et maladies professionnelles, via le dialogue social. 

L’augmentation des accidents du travail et des maladies professionnelles continue, du fait de la rapide industrialisation de certains pays développés. D’après cette évaluation du BIT, le risque de maladie professionnelle serait actuellement le plus grand danger auquel sont exposés les travailleurs sur leur lieu de travail. A côté des décès liés au travail, le BIT estime qu’il se produit, chaque année, près de 268 millions d’accidents du travail non mortels, suivis le plus souvent d’au moins trois jours consécutifs de congés. 160 millions de nouveaux cas de maladies professionnelles sont également enregistrés chaque année. Le coût humain de cette menace quotidienne est considérable, qui représente environ 4% du PIB chaque année. 

Les décès sont plus nombreux dans les pays en développement.

Les conditions de sécurité et de santé au travail varient très sensiblement selon les pays, les branches d’activité et les groupes sociaux. Les décès sont plus nombreux dans les pays en développement, car une grande partie de la population travaille dans des secteurs dangereux tels que l’agriculture, la pêche ou l’exploitation minière. En général, ce sont les plus démunis et les moins protégés, les femmes, les enfants ainsi que les migrants qui sont les plus touchés dans le monde. 

L’OMS veut mettre l’accent sur le renforcement de la surveillance, l’évaluation du poids de la santé au travail, le développement d’une base de données par pays, et ce, dans le but de mieux soutenir les politiques de santé au travail, et les plans d’action au niveau national. Elle s’engage aussi à développer les compétences à travers un réseau de Centres de collaboration de l’OMS en matière de Santé au Travail. Ce réseau pourra échanger des informations sur les facteurs de risques (chimiques, physiques, ergonomiques, psychosociaux, biologiques et accidents). 

Dans de nombreux pays industrialisés (…), le nombre de décès liés à une maladie professionnelle s’est accru.

Chaque pays doit fournir, au minimum, les services définis par l’OMS, en matière de prévention primaire et de santé au travail. Plus de 100 pays participeront à la célébration de la Journée Mondiale pour la sécurité et la santé au travail, en organisant des manifestations et activités spéciales. L’OMS et le BIT uniront leurs forces afin de promouvoir et renforcer leur coopération au niveau national entre les ministères du Travail et ceux de la Santé, de même qu’avec les milieux d’affaires, les organisations de travailleurs et d’employeurs, et d’autres acteurs de la société civile.

Les maladies professionnelles les plus courantes chez les travailleurs sont les cancers provoqués par une exposition à des substances dangereuses, des affections musculo-squelettiques, des maladies respiratoires, une perte de l’audition, des maladies circulatoires, ou encore des maladies contagieuses causées par une exposition à des agents pathogènes, entre autres. Dans de nombreux pays industrialisés, dans lesquels le nombre de décès causés par un accident du travail a diminué, le nombre de décès liés à une maladie professionnelle, comme l’abestose, s’est accru. L’abestose serait à l’origine de 100 000 morts par an dans le monde, liés au travail. Le secteur agricole emploi à lui-seul la moitié de la main-d’œuvre mondiale. Or, près de 70 000 travailleurs de ce secteur décèdent chaque année pour cause d’empoisonnement dû à l’usage de pesticides. A côté de cela, il existe aussi beaucoup de maladies non mortelles aiguës ou chroniques.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

A l’occasion de la 8ème semaine européenne de la vaccination, les autorités sanitaires mettent en garde contre la négligence des Français face à la vaccination. En effet, ils sont 19 % à estimer ne pas être à jour dans leurs vaccins.