Bienvenue

AP-HP : Martin Hirsch propose de changer d'approche

Le directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a soumis vendredi un projet de relevé de conclusions aux organisations syndicales qui propose de changer d'approche et de partir d'un état des lieux issu du terrain, avant de relancer la négociation sur l'organisation et les conditions de travail.

Ce nouveau document a été envoyé au lendemain d'une troisième journée d'action contre le projet de la direction générale de l'AP-HP, organisée par l'intersyndicale CGT, FO, SUD, CFDT, CFTC, Unsa et CFE-CGC, et qui rassemblé plus de 10.000 personnes selon les organisateurs et un peu plus de 3.500 selon la préfecture. Une délégation syndicale a été reçue jeudi après-midi par le secrétaire général adjoint de l'Elysée.

Dans le projet de relevé de conclusions dont l'APM a eu copie, la direction générale constate que "malgré les différentes propositions, la négociation sociale n'a pu véritablement s'engager et les instances consultatives du personnel, tant au niveau central que local, sont menacées de paralysie".

Elle assure que "les inquiétudes des personnels ont été entendues", notamment les "difficultés actuelles de leurs conditions de travail" et "la crainte que les changements envisagés, au lieu de les résoudre, puissent les aggraver".

Elle explique avoir élaboré ce projet de relevé de conclusions car "ni le conflit, ni le statu quo ne sont bons, pour les patients, pour les personnels et globalement pour l'AP-HP" et "aucun changement majeur dans l'organisation du travail ne peut se faire sans rechercher l'adhésion des personnels et de leurs représentants".

Martin Hirsch propose donc aux partenaires sociaux "six garanties essentielles" sur la méthode de travail afin de renouer le "fil du dialogue social et dans un souci d'apaisement social".

Il commence par réaffirmer qu'il se conformera "strictement" au cadre légal et réglementaire sur l'organisation du temps de travail à l'AP-HP. "Les 35 heures ne sont pas remises en cause à l'AP-HP".

Il prend ensuite acte du désaccord exprimé par les organisations syndicales sur le document d'orientation soumis en avril et retiré depuis ainsi que sur le document du 2 juin appelé "nouvelles bases de dialogue". "Force est de constater que ces documents de travail n'ont pas permis de réunir un consensus social minimum et qu'ils n'ont pu être considérés comme une base de discussions acceptable pour les organisations syndicales".

Dans son troisième point, Martin Hirsch "accepte de reprendre la démarche engagée selon une autre approche qui mettra au centre des discussions les questions relatives à la qualité de l'emploi, aux conditions de travail et aux progrès à accomplir en termes d'organisation pour une meilleure prise en charge des patients".

A cet effet, il entend "ouvrir des espaces d'expression et de discussion, dans les pôles ou services volontaires, sur l'organisation et les conditions de travail", "pendant quelques semaines avec l'aide éventuelle d'une expertise externe". Ce "dialogue de proximité" doit servir à dresser un premier état des lieux sur le terrain et à préparer une étude d'impact des changements organisationnels envisagés.

Dans le cinquième point, il explique que la négociation sociale pourra ensuite s'ouvrir avec les organisations syndicales "sur la base d'un nouveau document de travail préparé par la direction en s'appuyant sur l'étude d'impact précitée". "Guidée par les exigences d'équité et de respect de la légalité, la concertation devra aboutir à un résultat équilibré, bénéfique à la fois pour les personnels et les patients", assure-t-il.

Enfin, il affirme que la direction générale recherchera, "dans toute la mesure du possible", la conclusion d'un accord majoritaire, c'est-à-dire signé par une ou plusieurs organisations syndicales représentant au moins 50% des voix aux dernières élections.

LES SYNDICATS CONSULTENT

Les délégués syndicaux des établissements de l'AP-HP doivent se réunir mardi en assemblée générale. Il s'agissait initialement de discuter de la nouvelle grève et des actions prévues jeudi.

Une réunion intersyndicale était également prévue mardi mais pourrait être avancée.

Dans un communiqué diffusé lundi, le syndicat FO de l'AP-HP se félicite du retrait des documents présentés au cours des dernières semaines par la direction générale. Il demande que la négociation soit menée au niveau central, en respectant les droits collectifs liés au statut particulier de l'AP-HP. Pour lui, l'amélioration des conditions de travail passe par "l'embauche de personnel et la titularisation des contractuels".

La secrétaire générale de l'Union syndicale CGT de l'AP-HP (Usap-CGT), Rose-May Rousseau, a indiqué à l'APM qu'elle allait consulter sa base.

Contacté par l'APM, Olivier Youinou, représentant de SUD AP-HP, a précisé que son syndicat devait se réunir lundi matin en cellule de crise. Il estime que Martin Hirsch recule sur la forme mais sans remettre en cause sa feuille de route sur les économies à faire. Pour lui, le directeur général a finalement pris la mesure de la complexité du sujet et de la nécessité de s'appuyer sur le terrain.

PAS DE STATU QUO POSSIBLE, POUR MARISOL TOURAINE

Interrogée dimanche soir lors du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro sur les tensions actuelles à l'AP-HP, la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Marisol Touraine, a estimé que le "statu quo n'est pas possible" concernant l'organisation et les conditions de travail.

"Martin Hirsch a raison, il est dans son rôle de vouloir adapter les conditions de travail, ce sera mieux pour les personnels, pour les patients pris en charge, pour les équipes des hôpitaux parisiens", a-t-elle poursuivi.

"Il faut du dialogue social mais il faut du mouvement", aller "de l'avant", a-t-elle insisté. "L'immobilisme ne servirait personne" et "ce qui est en jeu, ce n'est pas de savoir si on avance ou pas mais comment on avance".

www.apmnews.com - cb/sl/APM polsan

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Un arrêté paru samedi au Journal officiel assouplit les motifs de départ réflexe des sapeurs-pompiers.