Bienvenue

Assurance-maladie : vers "un effort sans précédent"

Marisol Touraine a dévoilé les grandes lignes du plan d’économies pour l’Assurance-maladie. Il portera sur les médicaments à hauteur de 3,5 milliards d’euros et sur l’hôpital pour 2 milliards d’euros.

Prix des médicaments, gestion des hôpitaux, chasse aux actes inutiles : la ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Marisol Touraine a détaillé son plan pour économiser 10 milliards d’euros d’ici 2017 sur l’Assurance-Maladie. La ministre espère contenir, progressivement, la hausse des dépenses de santé à 2,1% en 2015, 2% en 2016 et 1,9% en 2017. « C’est un effort sans précédent » se réjouit-elle.

« Nous consommons trop de médicaments, trop de médicaments de marque et trop de médicaments chers » a affirmé Marisol Touraine dans le quotidien Les Echos. Les économies porteront donc sur les prix des médicaments, « en favorisant les génériques », bien que la France accuse un retard dans ce domaine. Pour rassurer les Français sur la qualité des génériques, le ministère des Affaires Sociales et de la Santé se dit « favorable à une campagne d’information ». Il espère ainsi que le marché des génériques représente un quart du marché français.

Un système de santé « plus simple, plus proche et mieux organisé ».

Ce plan d’économies est l’occasion de réaffirmer la force du modèle social français qui contribue à l’attractivité de la France. Pour Marisol Touraine, l’objectif est de rendre le système de santé « plus simple, plus proche et mieux organisé ». Elle souhaite préserver « l’excellence du modèle (français), son excellence médicale mais aussi son excellence sociale ». Il ne s’agit pas d’une rupture, mais d’une accélération des mesures engagées. « L’effort demandé sera progressif » rajoute la ministre. Les économies dégagées par les réformes structurelles vont, en effet, s’amplifier avec le temps. Les dépenses vont malgré tout augmenter, mais moins rapidement. 

La ministre affirme que les patients ne seront « ni moins bien soignés, ni moins bien remboursés ». Il n’y aura ni déremboursements, ni nouvelles franchises. Le plan d’économies se déclinera en quatre axes, sur trois ans. L’accent sera d’abord mis sur les soins de proximité, en favorisant la coopération entre la médecine de ville, l’hôpital et les maisons de retraite. Marisol Touraine parle également de séjours hospitaliers « moins fréquents et moins longs ». Elle préconise alors de doubler le rythme de croissance de la chirurgie ambulatoire, permettant aux patients d’être soignés dans la journée, « sans passer la nuit à l’hôpital quand ce n’est pas justifié ». La ministre espère ainsi atteindre l’objectif d’une opération sur deux réalisée en ambulatoire, d’ici 2016. Pour l’opération de la cataracte, elle vise les 100%. Elle préconise par ailleurs de fixer des objectifs  « par région et par pathologie ». Au total, 1,5 milliard pourra être économisé dans ce domaine, en trois ans, dont 1 milliard pour la chirurgie ambulatoire.

Garantir un meilleur usage des soins en évitant les actes inutiles.

Le plan vise à garantir un meilleur usage des soins en évitant les actes inutiles ou redondants, ainsi que la consommation de médicaments inadaptée. Le gouvernement pense à mettre en place des « listes de médicaments recommandés établies par les médecins, pour chaque spécialité, afin de faciliter la qualité de la prescription ». Il s’engage également à prendre des mesures contre la fraude. La ministre des Affaires Sociales et de la Santé attend des progrès dans l’éducation thérapeutique. Elle a également annoncé des mesures pour éviter les doublons en matière d’examens radiologiques ou d’analyses médicales.

Par ailleurs, Marisol Touraine compte sur les hôpitaux pour mieux gérer et mutualiser leurs achats. Elle assure que des mesures seront prises pour résorber le recours excessif aux médecins intérimaires, qui représente un coût considérable pour les établissements publics. « Nous devons nous mobiliser collectivement ». En bref, le plan d’économies concerne : 

 - le renforcement des soins de proximité, à travers la coopération des médecins de villes et des maisons de retraite, mais aussi la réduction des durées d’hospitalisation, chiffré à 1,5 milliard d’euros ;

 - la maîtrise des prescriptions en évitant les actes inutiles et redondants, chiffrée à 2,5 milliards d’euros ; 

 - la baisse des prix des médicaments, estimée à 3,5 milliards d’euros ; 

 - la meilleure gestion et mutualisation des achats à l’hôpital, estimée à 2 milliards d’euros ; et la lutte contre la fraude.

Préserver l'excellence du modèle français.

La ministre n’a pas chiffré le montant d’économies réalisées grâce à la lutte contre la fraude, il atteindrait près de 500 millions d’euros sur trois ans. Le gouvernement est donc décidé à prendre des mesures pour parvenir à l’objectif des dix milliards d’économies et réaffirme sa volonté de préserver l’excellence du modèle français. Il se défend toutefois de vouloir instaurer un système de santé « low-cost ».

Pas sûr que ce plan d’économies plaise … En effet, à en croire les réactions des professionnels de santé, ce n’est pas suffisant. Les infirmiers et infirmières préféreraient être écoutés, que les mesures prises concernent les effectifs, les rémunérations, ou encore la qualité des soins, d’accompagnement, et de responsabilité. Selon eux, il y a bien d’autres secteurs, que celui de la santé, dans lesquels l’Etat peut faire des économies. Entre ceux qui s’insurgent contre le gouvernement – « L’ambulatoire à 100%, c’est dans le manuel ‘Ministère pour les Nuls’ ! » ; « Et sinon, les ministres ont pensé à réduire leur train de vie ? » - et ceux qui désespèrent, il n’est pas difficile de comprendre que le chemin reste long pour mettre tout le monde sur la même longueur d’ondes. 

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

« Asthmatiques, 1,2 ,3 soufflez ! », voici le thème de l’édition 2014 de la Journée Mondiale de l’asthme. Cette journée est célébrée partout dans le monde, et organisée par la Global Initiative for Asthma (GINA). C’est un événement annuel de sensibilisation et d’information coordonné chaque année en France par l’Association ASTHME & ALLERGIES pour tous ceux et celles qui sont concernés, de près ou de loin, par l’asthme.