Bienvenue

Lyon : le Centre Léon-Bérard lance un appel aux dons pour l'aménagement de son bâtiment de médecine personnalisée

Le Centre Léon-Bérard de Lyon a lancé mardi un appel aux dons pour réunir 3 millions d'euros afin de financer l'aménagement des derniers étages de son bâtiment de médecine personnalisée.

Ce centre de lutte contre le cancer (CLCC) fait pour la première fois un appel aux dons "de grande ampleur". Déjà financée par l'université de Lyon, l'Inserm, le CNRS et des projets académiques (Institut national du cancer -Inca-, Agence nationale de la recherche -ANR...), la recherche du CLCC "demande aujourd'hui des ressources supplémentaires importantes pour son développement", a expliqué la direction de l'établissement lors d'une conférence de presse.

Le Centre Léon-Bérard a inauguré en novembre 2014 un nouveau bâtiment pour la recherche et la clinique, dévolu à la médecine personnalisée. Le "Cheney B" a nécessité un investissement de 14,5 millions d'euros dont 7 millions financés par une subvention de la région Rhône-Alpes.

"Ce bâtiment rassemble des équipes de recherche fondamentale et de recherche clinique autour d'une recherche de transfert d'excellence" dans l'objectif d'accélérer les découvertes scientifiques et leurs applications pour les patients, pour une médecine de plus en plus personnalisée (selon le profil de la tumeur et du patient).

Il comporte sept niveaux dont quatre sont occupés à ce jour par le centre de ressources biologiques, le laboratoire d'anatomie et cytologie pathologiques du département de biopathologie, les activités de biologie moléculaire clinique et de transfert, le laboratoire mixte de génétique constitutionnelle (avec les Hospices civils de Lyon, HCL) et deux équipes de recherche de transfert.

Trois étages "sont encore aujourd'hui inoccupés faute de moyens financiers pour les équiper": achat de paillasses de laboratoires, hottes d'incubation, etc.

La campagne de collecte de fonds vise à financer l'aménagement de ces trois derniers étages. Le troisième étage formera prochainement un plateau de plateformes technologiques. Il sera aménagé grâce à une avance sur les réserves financières destinées à la recherche.

Un comité de campagne est en cours de création. Il sera composé de personnalités du monde économique et de la société civile et présidé par Emmanuel Imberton, président de la Chambre de commerce et d'industrie à Lyon.

INTERESSER DES GRANDS DONATEURS

Il a pour ambition de réunir 1,5 million d'euros sur trois ans auprès d'une cible d'entreprises et de grands donateurs particuliers. Le Centre Léon-Bérard fera appel à ses donateurs actuels pour financer les 1,5 million d'euros restants.

"Nous nous sommes lancés dans la collecte de fonds pour accélérer le développement de notre recherche. A travers nos différentes campagnes, nous sollicitons non seulement le grand public [...] mais nous souhaitons intéresser les grands donateurs comme les entreprises qui peuvent se retrouver dans nos valeurs, notamment l'innovation", commente le Pr Jean-Yves Blay, directeur général du CLCC.

Le Cheney B est aussi un projet ambitieux pour la région lyonnaise et le Centre Léon-Bérard, qui est déjà un incubateur de jeunes pousses, peut contribuer au développement économique de Rhône-Alpes, estime-t-il.

Actuellement, le mécénat d'entreprise représente 7% des dons perçus avec l'Olympique lyonnais (qui a permis de collecter plus de 270.000 euros depuis 2010) et l'éditeur de logiciels de gestion Cegid (aux côtés du CLCC depuis trois ans).

Etablissement à but non lucratif, le Centre Léon-Bérard est habilité à recevoir des dons et des legs pour participer au financement de ses missions. En 2014, sa politique de collecte de fonds a permis de réunir 4,1 millions d'euros.

Le secteur recherche du centre s'étend sur 15.000 mètres carrés, répartis sur quatre bâtiments. Il compte plus de 500 personnes.

www.apmnews.com - sl/nc/APM polsan

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Les professions d'infirmiers et d'aides-soignants figurent dans le top 10 des métiers les plus porteurs à l'horizon 2022. Ce classement est issu du rapport de France Stratégie publié ce mardi et remis au Gouvernement.