Bienvenue

Des nouvelles encourageantes pour le deuxième patient greffé du cœur artificiel Carmat

Le cœur Carmat est le premier cœur artificiel, totalement dédié au remplacement cardiaque définitif. Près de trois mois après l’intervention réalisée à Nantes (début août), les premières nouvelles du second patient greffé sont plutôt prometteuses. 

Une première prothèse avait été implantée le 18 décembre 2013, à Paris. Cette greffe de cœur artificielle s’était soldée par le décès du « patient zéro », le 2 mars 2014. Claude Dany, 76 ans, a passé ses 74 derniers jours avec un cœur artificiel dans la poitrine. « On a mis des semaines, des mois avec les meilleurs laboratoires européens […] pour analyser, pour comprendre ce qui s’est passé et lever un à un tous les risques » a indiqué le président de Carmat, Jean-Claude Cadudal.

Opéré au CHU de Nantes, le patient, « d’un peu moins de 70 ans », est suivi de très près. Il doit se prêter à des « évaluations successives ». « Il a retrouvé son autonomie, il va seul aux toilettes, assure seul son hygiène et se déplace seul dans sa chambre où il fait régulièrement du vélo d’appartement. Il ne va dans son lit que pour les seuls moments de sommeil et de relaxation ». Pour le moment, le patient ne souhaite pas être médiatisé.

« Il va très bien et affiche un moral exemplaire ».

« Il va très bien et affiche un moral exemplaire » a confirmé le professeur Antoine Carpentier, concepteur du cœur Carmat. Il juge l’évolution de son patient « rapide » et « spectaculaire ». Le deuxième patient devrait bientôt pouvoir sortir de l’hôpital et retrouver son domicile. « J’ai retrouvé une certaine activité. Je me languis maintenant de n’être pas rentré à mon domicile. J’ai plein de projets en tête », a-t-il déclaré dans une lettre envoyé aux professeur Antoine Carpentier et Daniel Duveau.

Cotée à paris, la société Carmat est engagée dans une phase, dite de « faisabilité », prévoyant la greffe de son cœur artificiel sur quatre patients souffrant d’insuffisance cardiaque terminale. Si les résultats des quatre opérations sont jugés satisfaisants, Carmat « pourra proposer aux autorités de tutelle, en France, et dans d’autres pays, le protocole d’une nouvelle étude élargie à une vingtaine de patients suivis à plus long terme ».

Elle remplace définitivement un cœur défaillant.

Les critères de recherche de nouveaux patients sont très précis, car « le choix du malade est essentiel ». Autrement dit, pour faire partie de cette « grande aventure », le patient doit souffrir d’une insuffisance cardiaque dite « terminale » et ne plus avoir que quelques semaines d’espérance de vie.

La biprothèse Carmat présente la particularité d’être recouverte, à l’intérieur, de « biomatériaux » issus de tissus animaux. Elle a été conçue afin d’éviter d’avoir à donner au patient des anticoagulants pour empêcher la formation de caillots. Elle n’est pas destinée à faire patienter un malade en attente de greffe cardiaque mais à remplacer définitivement un cœur défaillant.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Nous vous en parlions il y a quelques semaines, l'application du livre « Mes Fiches en Anglais » est enfin disponible. Destiné aux étudiants infirmiers et aux professionnels en poste, cet outil a été imaginé par un infirmier et un professeur d’anglais en IFSI.