Bienvenue

Destruction de collyres au sérum autologue à l'hôpital des Quinze-Vingts

Un incident d'alimentation électrique survenu au Centre hospitalier national d'ophtalmologie (CHNO) des Quinze-Vingts à Paris a conduit à la destruction de collyres au sérum autologue destinés à des patients atteints de pathologies cornéennes, a confirmé l'établissement à l'APM.

L'incident a été révélé par le quotidien Le Monde sur son site internet jeudi après-midi. Il donnait le témoignage d'une patiente atteinte d'une maladie rare qui provoque des ulcérations de la cornée, inquiète de voir sa maladie évoluer en l'absence de traitement.

Ces collyres sont préparés pour chaque patient à partir de leur propre sérum. 170 patients seraient concernés, avance le quotidien.

"A la suite d'un incident d'alimentation électrique survenu dans la soirée du vendredi 10 juillet, dans un secteur du XIIème arrondissement, deux congélateurs contenant les collyres au sérum autologue fabriqués par la pharmacie du CHNO des Quinze-Vingts ont été impactés. La décongélation des collyres les a rendus impropres à leur utilisation en toute sécurité", a indiqué à l'APM la direction de l'établissement jeudi soir.

Le CHNO a donc décidé de procéder à leur totale destruction et des mesures immédiates ont été prises comprenant l'information des patients par téléphone et courrier remis en main propre, l'appel à des effectifs de personnel supplémentaires pour la reconstitution des stocks de traitement et l'information des prescripteurs hospitaliers.

"A ce jour, les patients concernés ont été informés", assure l'établissement. Leur nombre s'élève à 170, précise-t-on.

"Les collyres à sérum autologue, un des traitements à visée cicatrisante, sont destinés à des patients atteints de pathologies cornéennes. Une interruption de traitement peut entraîner un retard de cicatrisation, une réactivation possible de l'état avant traitement et généralement des douleurs associées", précise le CHNO.

La production des collyres a repris le jour même du constat de l'événement pour limiter au maximum les interruptions de traitement.

Entre le prélèvement du patient et la mise à disposition du collyre, tous contrôles de sécurité effectués, le temps de production est de huit jours.

Actuellement, la production journalière a presque triplé par rapport au niveau habituel, indique l'hôpital des Quinze-Vingts.

www.apmnews.com - sl/nc/APM polsan

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

La délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes du Sénat a formulé 28 recommandations pour améliorer la santé des femmes, dans un rapport commandé dans le cadre du projet de loi de santé.