Bienvenue

Ebola : la première infirmière infectée témoigne dans une vidéo

Jeudi 16 octobre, une vidéo, montrant la première infirmière contaminée, aux Etats-Unis, par le virus Ebola, a été publiée sur Youtube. Cette vidéo de 56 secondes a été tournée à l’Hôpital Texas Health Presbyterian Hospital de Dallas. Elle montre une brève conversation entre l’infirmière, Nina Pham, et son médecin traitant.

« Je vous aime ».

Transférée jeudi dans un hôpital spécialisé du Maryland - les Instituts Nationaux de Santé (près de Washington) – Nina Pham affirme se sentir bien. « Je vous aime », lance-t-elle au personnel qui s’est montré volontaire pour la soigner, les larmes aux yeux.  Sur la séquence, le médecin a également filmé une autre soignante, vêtue d’un équipement de protection et d’un masque complet.

Selon l’hôpital, c’est à la demande de l’infirmière que la vidéo a été publiée. Nina Pham était au chevet du Libérien Thomas Eric Duncan, le premier patient diagnostiqué aux Etats-Unis, à l’Hôpital de Dallas. Il est malheureusement décédé le 8 octobre.

Obama juge que la fermeture des frontières serait contre-productive.

Le président américain, Barack Obama, a estimé, jeudi, que la fermeture des frontières pour les personnes en provenance des pays africains, foyer de l’épidémie Ebola, serait contre-productive. Il a également évoqué la possible nomination d’un responsable pour coordonner les efforts au niveau fédéral.

« Je n’ai pas d’objection philosophique a une interdiction des voyages, mais toutes les discussions avec les experts montrent que cela serait moins efficace que les mesures (de contrôle aux aéroports) que nous avons mises en place », a-t-il déclaré.

« C’est une maladie très difficile à attraper ».

Selon lui, une telle initiative risquerait d’inciter les personnes originaires des pays concernés à utiliser d’autres moyens de transports pour rejoindre d’autres pays, et ainsi dissimuler leur pays de provenance.

Le président américain a tenu à souligner que s’il comprenait que les Américains aient « peur » face à ce virus, il était néanmoins indispensable de remettre les choses en perspective. « Je veux que tout le monde comprenne que c’est une maladie très difficile à attraper », a-t-il martelé.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Récemment, la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques a publié ses « Comptes nationaux de la santé » pour 2013. Ce document retrace également des éléments sur la structure de la profession.