Bienvenue

L'engorgement des services hospitaliers doit constituer un "signal" pour les pouvoirs publics (FHF)

Dans un communiqué du 27 février 2015, la FHF rappelle que la répétition des épisodes d'engorgement des services hospitaliers, en notamment des urgences, doit constituer un "signal" pour les pouvoirs publics. Sera-t-elle entendue ?

PARIS, 27 février 2015 (APM) - La répétition des épisodes d'engorgement des services hospitaliers, en particulier des urgences, doit constituer un "signal" pour les pouvoirs publics, a estimé vendredi la Fédération hospitalière de France (FHF) dans un communiqué.

La gestion des lits "est incompatible avec une approche arithmétique

Constatant que "toute l'organisation hospitalière est mobilisée et sous tension, quelques semaines seulement après la grève des médecins libéraux", en raison de l'épidémie de grippe, la FHF considère que cette situation doit être prise en compte dans la gestion des lits hospitaliers.

La gestion des lits "est incompatible avec une approche arithmétique et comptable basée sur des moyennes annuelles". Elle doit tenir compte de la variation des besoins d'hospitalisation des patients, "notamment en fonction des saisons", affirme la FHF.

La fédération rappelle que les établissements publics de santé "ont l'habitude d'adapter leurs moyens aux variations d'activités" en effectuant une planification des interventions et des congés, des déprogrammations et des rappels éventuels des personnels.

Néanmoins, les pouvoirs publics doivent aussi tenir compte de ces situations dans leur politique et les plans d'économie.

Une "meilleure complémentarité entre la ville et l'hôpital

La FHF appelle ainsi à envisager "une réallocation vers la médecine polyvalente et post-urgence des lits de chirurgie libérés par le développement de l'ambulatoire".

Elle souhaite aussi une "meilleure complémentarité entre la ville et l'hôpital, notamment en période d'épidémie".

www.apmnews.com - san/gb/APM polsan

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Un gynécologue-obstétricien, un anesthésiste, une clinique proche d'Angoulême et leurs assureurs respectifs ont été condamnés par la cour d'appel de Bordeaux à verser plus de 2 millions d'euros d'indemnités à la famille d'un enfant resté lourdement handicapé.