Bienvenue

Erreur d’injection : un an de prison avec sursis pour l’infirmière

Une infirmière de l'hôpital de Montauban a été condamnée cette semaine à un an de prison avec sursis. Mise en examen pour homicide involontaire d’un patient, l’IDE avait administré par erreur une dose létale de morphine.

L’information est relayée mercredi par ladepeche.fr, une infirmière de l’hôpital de Montauban avait administré une dose létale de morphine à Fabrice Ceresiani, un patient atteint d’un cancer pulmonaire, en juin 2012.

Les faits

Le patient souffrait de douleurs rachidiennes. Le médecin de garde avait alors donné sa prescription par téléphone : 5 mg de morphine en sous-cutanée à renouveler une demi-heure plus tard si nécessaire. 

Malheureusement, l’IDE s’était trompée et avait administré, non pas 5 mg, mais une ampoule de 100 mg de morphine. Une dose létale. 

Interrogée sur les raisons de cette erreur médicale fatale, l'infirmière qui avait 24 ans au moment des faits, avouait immédiatement sa faute. « Je me suis trompée, je n'ai pensé qu'à la douleur du patient. J'ai essayé de le soulager avec du paracétamol, mais rien n'y faisait »

« C'était ma troisième nuit d'affilée, j'ai confondu deux médicaments, le médecin ayant d'abord parlé d'injecter 100 mg de Topalgic par voie intraveineuse », avant de préférer 5 mg de morphine.

Depuis cette affaire, les prescriptions du médecin de garde sont délivrées au médecin des urgences qui doit se rendre au chevet du malade pour l'examiner et lui faire administrer l'ordonnance. En effet, une prescription ne peut être délivrée par écrit que par un médecin qu’après avoir examiné le patient.

Le procureur avait requis 2 ans avec sursis, et 18 mois d’interdiction d’exercer. L’infirmière n’écope finalement que d’un an avec sursis, sans interdiction d’exercer.

1 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Un infirmier libéral de Saint-Laurent-de-Mure (Rhône) a été interpellé mardi 9 juin 2015. Il aurait escroqué la Sécurité Sociale pour près d’un million d’euros.