Bienvenue

Hôpital de Sarlat : la lutte pour sa sauvegarde continue

L’établissement, qui se trouve en grande difficulté financière, est obligé de se séparer, cette année, d’une dizaine de personnes sous contrat à durée déterminée. A cela, se rajoutent les départs en retraite non remplacés. L’intersyndicale UNSA-CGT-SUD a appelé les salariés à manifester contre cette décision. Le rassemblement était donc prévu le jeudi 15 mai.

Le 7 mai dernier, les syndicats et la direction de l’Hôpital de Sarlat Jean Leclaire se sont rencontrés. Suite à cela, cette dernière a annoncé la suppression d’une dizaine de CDD, à compter de la fin du moins de juin. En cause, un déficit budgétaire de plus de trois millions d’euros, qui conduit actuellement l’établissement à se serrer la ceinture et à se séparer de plusieurs personnes. Et ce, malgré la somme injectée par l’ARS, à hauteur d’un million d’euros, qui a servi à payer l’ensemble des salariés, en 2013. Les départs en retraite non-remplacés concerne huit membres du personnel. 

La décision de réduire la masse salariale a été prise pour éviter toute sanction et amende de l’ARS. Ce verdict n’est pourtant pas du goût de tous. « L’hôpital fonctionnera déjà en effectif réduit, alors que l’on sait tous que, l’été, la population dans le Sarladais est multipliée par cinq », explique Dominique Lasserre, délégué CGT dans l’établissement. Les départs en retraite non remplacés sont mal perçus du côté des salariés, dont certains, en CDD, travaillaient depuis deux ans pour remplacer les départs de ces dernières années. 

La sauvegarde des emplois permanents est une priorité pour l’établissement.

Malgré cette décision, la direction se veut rassurante. Elle estime que la sauvegarde des emplois permanents est une priorité pour l’établissement. « L’établissement est en capacité absolue d’assurer la continuité des soins » affirme Thierry Lefèvre, directeur du Centre Hospitalier de Sarlat et de celui de Périgueux. 

Les services surchargés, le nombre de lits insuffisant, ambiance triste dans les couloirs … Voici le triste bilan actuel au sein de l’établissement. « Il n’y aura plus de qualité de soins » peut-on entendre dans le couloir. 

200 personnes se sont réunies devant l’Hôpital de Sarlat.

Ce jeudi 15 mai, plus de 200 personnes se sont réunies devant l’Hôpital de Sarlat pour manifester contre les suppressions de postes, mais aussi leur crainte d’une baisse de la qualité des soins. Les manifestants regroupaient des personnes du Comité de défense de l’Hôpital mais aussi des salariés. Le personnel de l’Hôpital, premiers concernés, ont bien suivi le mouvement, mais beaucoup se sont désistés par peur de subir des représailles, mais aussi en raison de divergences syndicales.  

Par ailleurs, le personnel de l’Hôpital psychiatrique était également en grève ce jour-là en raison de suppressions de postes. Mobilisation, solidarité et durcissement étaient les maîtres mots de cette lutte. Sur les pancartes des manifestants du 3 mai, des slogans explicites : « Malvenues en Sarladais ! » ou encore « Désert Hospitalier = Mauvaise Hospitalité ! ». Affaire à suivre...

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Plus connue sous le nom d’intolérance au gluten, la cœliaquie se caractérise par une intolérance aux glutens et protéines assimilées, contenus dans de nombreuses céréales – blé, seigle, orge, épeautre, ou encore avoine.