Bienvenue

Hospitalisation le week-end : à éviter !

Deux études, sur la mortalité hospitalière, présentées lors d’un congrès européen (Stockholm), pointent la qualité des soins le week-end, l’après-midi et durant le mois de février. 

« Mieux vaut éviter une hospitalisation le week-end », a suggéré le Docteur Erard de Hemricourt. Deux études, plutôt dérangeantes : il existerait un lien entre les risques des suites chirurgicales et le jour de la semaine. Ce risque augmenterait dès le mardi et culminerait le week-end. Le secteur parle de « l’effet week-end », notamment avec la hausse significative des risques post-opératoires en cas d’urgence mais aussi le week-end. 

En 2013, différentes pistes ont été avancées pour expliquer ce phénomène : diminution du niveau de qualité  des soins en fin de semaine, réduction du personnel, plus faible expérience du personnel présent, etc. L’une des deux études a été réalisée entre 2008 et 2011, sur le nombre de décès intervenus dans les trente jours suivant les interventions. Résultat : 27 582 décès sur 4 133 346 interventions. De plus, il est apparu que 4,5% de ces interventions avaient été effectuées durant le week-end.

Le risque de décès augmente statistiquement avec les jours de la semaine.

L’enquête montre que le risque de décès, à trente jours, augmente statistiquement avec les jours de la semaine. Ce risque est plus important le vendredi que le lundi. Il passe même de 44% le vendredi à 82% le samedi et dimanche. La seconde étude, réalisée par le Dr Felix Kork et le Professeur Claudia Spies, corrobore ces résultats.

Sur les deux études concernant la mortalité hospitalière, l’une est japonaise. Réalisée sur plus de 55 millions de personnes, elle révèle que l’admission à l’hôpital le week-end est associée à une hausse de la mortalité entre 15% et 17%. « Il y au moins deux explications possibles à nos résultats. Tout d’abord, ces différences pourraient refléter une moins bonne qualité des soins à l’hôpital le week-end, et puis les patients admis sur le week-end pourraient être plus gravement malades que ceux admis la semaine ». Les auteurs semblent favoriser la première hypothèse. 

Certains moments de la journée et de l'année sont plus à risque.

De même, la seconde étude, allemande, pointe du doigt les week-ends à l’hôpital. Le risque de décès, après une intervention de fin de semaine, serait 22% plus important que celui après des chirurgies pratiquées la semaine. Elle révèle également que certains moments de la journée et de l’année sont plus à risque. Menée sur 210 000 patients, l’étude montre que les opérations chirurgicales réalisées dans l’après-midi seraient associées à un risque de mortalité accru de 21% par rapport à d’autres moments de la journée.

Le mois de février est également montré du doigt. Le risque de décès, ce mois-là, s’accroit de 16%. « Il se pourrait que le niveau de soins soit différent tout au long de la journée et entre la semaine et le week-end. Peut-être que les patients traités dans l’après-midi et le week-end dans notre étude étaient plus gravement malades », concluent les auteurs de l’étude. Les auteurs de ces deux études vont continuer de prouver ces conclusions. L’objectif reste d’améliorer la sécurité des patients hospitalisés à tout moment de la journée et de l’année.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Vous êtes étudiants en soins infirmiers et vous peinez à valider votre UE 6.2 ? Vous travaillez à l’hôpital et vous n’arrivez pas à prendre en charge efficacement vos patients étrangers ? Quelles que soient vos raisons, le guide « Mes fiches en anglais – Le soin infirmier » est fait pour vous.