Bienvenue

Les infirmiers anesthésistes appelés à la grève le 21 mai

Le Syndicat national des infirmiers anesthésistes (Snia), la CGT et SUD appellent les infirmiers anesthésistes diplômés d'Etat (Iade) à la grève jeudi 21 mai, dans des préavis séparés.

Premier à avoir déposé un préavis, le 6 mai, le Snia demande d'abord "la récupération d'un corps spécifique" au sein de la fonction publique hospitalière (FPH) et "l'obtention pour tous, anciens et nouveaux diplômés, d'une grille indiciaire unique, conforme à un niveau bac+5 et master".

Depuis 2010, l'ensemble des infirmiers de la FPH sont réunis dans un même corps, qui comprend quatre grades, rappelle-t-on. Les infirmiers en soins généraux font carrière dans les deux premiers, les infirmiers de bloc opératoire et les puéricultrices dans le deuxième et le troisième et les infirmiers anesthésistes dans le troisième et le quatrième.

Les Iade ont obtenu, à la suite de nombreux mouvements de grève, la reconnaissance de leur formation au niveau master, actée par un décret du 15 décembre 2014 pour les nouveaux diplômés.

Le Snia réclame aussi "la confirmation du rôle prioritaire de l'Iade dans le secteur pré-hospitalier" et "la prise en compte de la pénibilité de la profession d'infirmier anesthésiste".

La CGT santé-action sociale, qui a déposé son préavis le 7 mai, revendique elle aussi une rénovation de la grille salariale des Iade. Dans un tract transmis à la presse mercredi, elle juge que les grilles actuelles "ne sont en rien conformes à [celles] d'une profession graduée master avec un tel niveau de responsabilité".

Elle demande, entre autres, "l'ouverture immédiate de concertations et négociations sur les perspectives et l'évolution de la profession au sein du système de soins avec l'obtention d'un calendrier prévisionnel", ainsi que des négociations sur les salaires des Iade du privé.

Le tract pointe aussi des "évincements progressifs des Iade d'un nombre croissant de Smur".

Enfin, SUD santé-sociaux a déposé son préavis mercredi.

Il revendique "une augmentation générale des salaires" dans le public et le privé, "l'arrêt immédiat de la politique d'austérité", "le maintien et l'extension du droit à la retraite à 55 ans" et "le maintien des bonifications d'années".

Il réclame aussi le retrait du projet de loi de santé "et plus particulièrement l'article 30" sur les pratiques avancées, et l'abrogation de l'article 51 de la loi "hôpital, patients, santé et territoires" (HPST) de 2009 qui permet des délégations de tâches entre professionnels de santé.

www.apmnews.com - nc/ab/APM polsan

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

« Je profite de cette journée symbolique pour apporter tout mon soutien à cette profession si noble et si utile ». Question au Gouvernement concernant la disparition de l'Ordre des infirmiers.