Bienvenue

L'édition 2014 de la Journée mondiale de la Santé consacrée à la prévention des maladies à transmission vectorielle

Chaque année, dans le cadre de la Journée Mondiale de la Santé du 7 avril, l’OMS met en place une campagne de sensibilisation, centrée sur diverses maladies. L’édition 2014 sera dédiée aux maladies à transmission vectorielle, de type malaria, dengue, maladie de Lyme, Chikungunya, ou encore fièvre jaune.

Moustiques, punaises, tiques et insectes, autant de menaces pour la santé, que ce soit à la maison ou en voyage. Tel est le message de la Journée Mondiale de la Santé de cette année. Avec pour slogan « Petits mais dangereux », l’OMS souhaite sensibiliser la population de la menace de plus en plus grande que représentent les maladies à transmission vectorielle. Les vecteurs sont des petits organismes vivants, pouvant transmettre des micro-organismes pathogènes d’une personne ou d’un animal infecté à une autre personne ou animal. Près de 40% de la population est exposée au risque de transmission de la dengue. Chaque minute, en enfant meurt du paludisme en Afrique. Plus d’un milliard de personnes sont infectées chaque année et d’un million meurent de ces maladies.

Ces maladies peuvent pourtant être évitées. L’OMS souligne, en effet, dans un aide-mémoire intitulé « A global brief on vector-borne diseases », que les mesures, prises conjointement par les pouvoirs publics, les groupes communautaires et les familles, peuvent protéger la population contre ces infections. D’après Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, la population pourrait « sauver nombre de vies et éviter bien des souffrances si l’on accordait une plus grande importance à la lutte antivectorielle dans l’action sanitaire mondiale. Des interventions simples et économiques comme les moustiquaires imprégnées d’insecticide ou la pulvérisation d’insecticide à l’intérieur des habitations ont déjà permis de sauver des millions de vies ».

Les maladies à transmission vectorielle touchent les populations les plus démunies.

Les maladies à transmission vectorielle touchent essentiellement les populations les plus démunies, principalement celles qui ne bénéficient pas de logements convenables, d’eau potable et/ou de systèmes d’assainissement. Les plus sensibles restent les personnes souffrant de malnutrition ou dont le système immunitaire est affaibli.

Le risque est permanent. La réapparition du paludisme, en Grèce par exemple,  prouve qu’il faut rester vigilant afin d’endiguer rapidement toute résurgence de cette maladie. « Personne au XXIe siècle ne devrait mourir de la piqûre d’un moustique, d’un phlébotome, d’une simulie ou d’une tique » ajoute Margaret Chan. 

La dengue menace désormais plus de 2,5 milliards de personnes.

Actuellement, c’est la dengue qui inquiète le plus les populations. Cette maladie s’étend et menace désormais plus de 2,5 milliards de personnes, soit plus de 40% de la population mondiale. Elle a été signalée dernièrement en Chine, au Portugal et en Floride. Elle se propage également en Suisse avec 174 cas recensés en 2013, contre 106 en 2012. Chaque année, la dengue infecte 390 millions de personnes dans le monde.

Quant à la schistosomiase, transmise par des gastéropodes, elle touche près de 240 millions de personnes dans le monde. Elle menace plus particulièrement les enfants qui vivent près de sources d’eau infestées. Pour se prémunir contre les moustiques et les tiques, il est indispensable de supprimer tous les contenants d’eau pouvant favoriser de l’eau stagnante. Il faut également se protéger des piqûres de moustiques ou tiques, en utilisant des répulsifs locaux, porter des  vêtements longs, clairs et couvrant les bras, avant-bras et jambes. En cas de séjour prolongé dans des endroits infestés, il est important d’examiner son corps plusieurs fois par jour, à la recherche d’éventuels parasites. Enfin, le moyen le plus sûr est de recourir à une prévention du paludisme ainsi qu’une vaccination contre la fièvre jaune avant de partir dans des zones tropicales.

Un engagement plus ferme de tous les acteurs de la santé.

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Santé 2014, l’OMS appelle les gouvernements à accorder plus d’importance à  la lutte antivectorielle, à l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène. « La lutte antivectorielle reste l’outil le plus important pour prévenir les flambées de maladies à transmission vectorielle » explique le Dr Lorenzo Savioli, directeur du département de lutte contre les maladies tropicales négligées à l’OMS. 

L’OMS espère donc un engagement plus ferme de tous les acteurs de la santé, pour pouvoir développer des moyens thérapeutiques et diagnostiques et entreprendre des travaux de recherche par la même occasion.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Une récente découverte, effectuée par des chercheurs de l’université de Californie, indique que l’autisme résulterait d’anomalies dans le développement de certaines structures du cerveau du fœtus. Cette découverte fait naître l’espoir d’un dépistage précoce de la pathologie mais aussi de traitements plus efficaces. Le mercredi 2 avril, c’était la Journée Mondiale de Sensibilisation à l’Autisme. C’est l’occasion pour le grand public d’être informé des difficultés rencontrées par les personnes atteintes d’autisme et leurs familles.