Bienvenue

La santé, une priorité dans la feuille de route du nouveau Premier ministre

Suite au remaniement de ce début de semaine, le président de la République et le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, se sont entretenus pour fixer les objectifs de ce dernier. Alors que la réforme de l’assurance maladie complémentaire, censée favoriser l’accès aux soins, peine à se concrétiser, François Hollande a mis la santé au rang des priorités de Manuel Valls.

Après une cinglante défaite du Parti socialiste aux élections municipales, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a présenté, ce lundi 31 mars, sa démission. Immédiatement, le nom de son remplaçant est communiqué, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur jusque-là. C’est lors de son intervention télévisée, le même jour, que François Hollande annonce un des principaux objectifs du nouveau Premier ministre. Il s’agit de la mise en œuvre d’un pacte de solidarité, axé sur la Sécurité sociale et principalement sur la santé.

Le nouveau gouvernement est composé de 16 ministres, avec une parfaite parité hommes-femmes. Le premier Conseil des ministres se tiendra vendredi 4 avril, à 10h. Malgré la disparition du mot « santé » dans l’intitulé du ministère, le portefeuille de la santé reste attaché à la solidarité (retraite, famille, personnes âgées). Lancée en février 2013 par Jean-Marc Ayrault, la Stratégie nationale de santé sera donc au cœur des priorités du gouvernement, avec un objectif de projet de loi de santé publique, prévu pour cet été. 

Améliorer le parcours de soins et l’accès aux soins.

Par ce projet, il s’agit d’améliorer le parcours de soins et l’accès aux soins, de renforcer le rôle du médecin traitant, de «décloisonner » les relations entre la ville et l’hôpital, de développer la prévention et de renforcer les droits des malades. Les pouvoirs publics devraient également s’intéresser à la rémunération du travail d’équipe et de la coordination des soins.

Un autre chantier attend le nouveau Premier ministre : l’accès aux soins. Un chef de projet a été nommé pour la mise en place progressive de la généralisation du tiers payant. D’ici 2017, tous les Français y auront accès. Parallèlement, une autre réforme devrait occuper le gouvernement, la fin de vie. Au mois de mai, un rapport de synthèse du président du Comité Consultatif National d'Ethique, le Pr. Jean-Claude Ameisen, est attendu. Entre temps, la décision du Conseil d’Etat sur l’affaire Lambert devrait être rendue, avec un texte d’ici l’été. Les attentes sont fortes concernant ce dossier, avec une réforme attendue, allant plus loin que la loi Léonetti. 

Pas de changement de périmètre pour le ministère des Affaires Sociales.

A côté de ces chantiers, reste un vrai serpent de mer : la dépendance, un dossier souvent reporté à cause de son coût. Le projet de loi sur l’autonomie des personnes âgées, centré sur le maintien à domicile, devrait être, normalement, présenté en Conseil des ministres le 9 avril. Un second texte traitera essentiellement de la prise en charge des personnes âgées dépendantes en établissements. 

Avec tous ces chantiers concernant la santé, le nouveau gouvernement, emmené par Manuel Valls, a beaucoup de travail. Malgré la modification de l’intitulé, il n’y aura pas de changement de périmètre pour le ministère des Affaires Sociales, qui garde Marisol Touraine comme ministre.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Aussi appelé psychose maniaco-dépressive, le trouble bipolaire fait partie des troubles de l’humeur, auxquels appartient également la dépression récurrente (ou trouble unipolaire). En France, le trouble bipolaire, grandement méconnu, est sous-diagnostiqué. En moyenne, il faut 10 à 12 ans, et quatre à cinq médecins différents avant qu’il ne soit diagnostiqué. Les spécialistes estiment alors que 40% des dépressifs sont en réalité des bipolaires qui s’ignorent.