Bienvenue

Le motilium responsable de nombreux cas de morts subites

La dompéridone, commercialisée sous le nom de Motilium pourrait prochainement être retirée du marché par les autorités sanitaires européennes.

C’est la revue Prescrire, qui liste régulièrement les médicaments dangereux pour la santé, qui demande le retrait du marché du Motilium. Utilisé contre les nausées et vomissements, le neuroleptique augmenterait « le risque de troubles du rythme cardiaque et de morts subites ».

Généralement utilisé par les femmes enceintes ou les personnes malades dans les transports, il aurait provoqué 25 à 123 morts subites en France en 2012. De plus son efficacité a été jugée modeste. 

« Il est grand temps d'écarter des soins ce médicament qui peut aisément être remplacé par de meilleures solutions pour les patients » indique le magazine qui met en avant l'oméprazole (Mopral et équivalents) « en cas de reflux gastro-oesophagien » ou la métoclopramide (Primpéran et équivalents) « dans les rares situations où un "modificateur de la motricité" gastrique semble justifié ».

L'ANSM avait informé les médecins et les pharmaciens du risque de mort subite lié à la dompéridone

3 millions de patients (7% des adultes) se sont vus prescrire du Motilium ou un de ses génériques en 2012. Pourtant fin 2011, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament avait informé les médecins et les pharmaciens du risque de mort subite lié à la dompéridone.

Ce médicament avait déjà fait parler de lui en 2005. En effet des études néerlandaises et canadiennes avaient démontré que les morts subites cardiaques sont environ 1,6 à 3,7 fois plus fréquentes en cas d'exposition à la dompéridone.

L'Agence européenne du médicament doit se prononcer en mars prochain sur un éventuel retrait du marché de ce médicament.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

La ministre de la Santé a demandé jeudi dernier aux hôpitaux de Paris de « faire la lumière » sur le décès inexpliqué d'une sexagénaire aux urgences de l'hôpital Cochin.