Bienvenue

Les sages-femmes manifestent à nouveau pour une revalorisation de leur métier

Pour la troisième fois depuis le début de leur mouvement de grève, il y a quatre mois, les sages-femmes ont de nouveau manifesté mercredi dans la capitale.

Depuis 4 mois, leur revendication est la même : les sages-femmes ne veulent plus être fonctionnaires et souhaitent obtenir le statut de praticien hospitalier dont bénéficient par exemple les médecins et les pharmaciens qui exercent à l'hôpital. Un changement qui leur donnerait plus d'autonomie dans leur travail.

Une demande difficile à accepter notamment par les syndicats de fonctionnaires (CGT, CFDT, FO, SUD, Unsa), réunis en intersyndicale, qui sont hostiles à tout éventuel changement, synonyme selon eux de précarité. Même son de cloche chez les intersyndicales regroupant les praticiens hospitaliers. Ses membres sont également opposés par crainte d'une « émancipation des sages-femmes » qui pourrait « mettre en danger les femmes et leurs bébés ».

« Pendant quatre mois, nous avons accepté les réunions, les tables rondes et concertations, mais aussi supporté les insultes de certains syndicats...»

Comme ces 4 mois de mobilisation n’ont abouti à aucun changement, les sages-femmes ont décidés de descendre dans la rue crier leur colère une nouvelle fois. Les manifestantes ont choisi de défiler en même temps que la huitième réunion de travail sur le statut des sages-femmes au ministère.

Caroline Raquin, présidente du syndicat de sages-femmes ONSSF, estime que l'attitude de Marisol Touraine est « méprisante ».  « Pendant quatre mois, nous avons accepté les réunions, les tables rondes et concertations, mais aussi supporté les insultes de certains syndicats, les coups tordus, les atermoiements du ministère et l'ignorance de nos interlocuteurs » explique-t-elle.

Marisol Touraine, interrogée mardi par l’Assemblée Nationale, a déclaré qu'elle prendrait une décision sur la question suite aux conclusions du groupe de travail, soit normalement dans les jours qui viennent…

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Corde autour du cou et masque blanc sur le visage, les blouses blanches se sont effondrées l’une après l’autre, hier, devant le ministère de la Santé.