Bienvenue

Lettre ouverte d’une infirmière libérale à bout de souffle

Anne est infirmière libérale. Dans une lettre ouverte publiée sur son blog, cette infirmière crie sont indignation face à la stigmatisation des professionnels du soin libéraux par les pouvoirs publics et certains médias.

Découvrez la lettre ouverte écrite par Anne sur son blog Une infirmière à la maison.

Rose, Henri, Jordan, Marie, Joséphine, Raymond, Victor, Sara, Fatima, Igor, Simon, Liliane, Jean, Madeleine, Kenzo, David, Laurence, Pierre...

Il y a des visages sur tous ces noms, des vies, des maladies de la plus bénigne à la plus terrible. Des soins ponctuels, chroniques, tôt le matin, tard le soir, la nuit, les dimanches et jours fériés.

Des soins sur des maux. Les maux de l'humanité, que nous, soignants, nous appliquons à panser, penser pour mieux apaiser. Adoucir le physique qui brûle, pique, arrache, broie mais aussi la psyché qui hurle, elle aussi, par moment une douleur invisible.

Nous sommes là, sans relâche, investis puisqu'il ne peut en être autrement. Parce que s'il en est autrement, nos métiers qui s'inscrivent par essence dans la continuité n'ont plus de sens.

Investir notre pratique et la renforcer d'une expérience précieuse acquise sur le terrain après y avoir ancré les bases d'études plus ou moins longues, c'est ce que requièrent nos professions.

Pour cela il faut tenir, il faut pouvoir exercer dans des conditions qui le permettent, qui l'encouragent. Hors, personnes ne peut le nier, ces conditions sont de plus en plus difficiles.

Elles le sont d'autant plus qu'elles n'échappent pas à ce qui régit notre société, la rentabilité. Faire toujours plus, avec de moins en moins de moyens.

Nous, soignants, sommes conscients de ces contraintes financières. Comment les nier ?

Nous, libéraux également et par la force des choses, parce que nous nous les prenons à longueur d'exercice dans la figure. Et comme si cela ne suffisait pas, à longueur de médias.

Nous sommes des milliers de soignants, médicaux et paramédicaux à avoir choisi l'exercice libéral.

Des milliers de soignants pour qui l'essentiel se trouve dans l'accompagnement, la prévention, le soin de proximité.

Des milliers de soignants qui s'enrichissent de l'échange qu'ils ont avec leurs patients, de la diversité des relations humaines qu'il engendre.

Des milliers de soignants pour qui, croyez le ou non, la seule logique comptable est celle qui consiste simplement à faire vivre leur propre famille.

Des milliers de soignants, infirmières, kinésithérapeutes, médecins, sage-femmes... que les injonctions paradoxales d'un système qui veut tout et son contraire comme développer les soins ambulatoires tout en réduisant les coûts des prises en charges à domicile, sont en train d'achever.

Des milliers de soignants qui se voient étouffer professionnellement parlant et aussi malheureusement souvent personnellement car nos métiers nous les aimons et ne pouvons nous empêcher de vivre aussi un peu à travers eux.

Alors s'il vous plait, arrêtez ce harcèlement, cette stigmatisation qui consiste à nous exposer comme vivant grassement au dépend du système et aidez-nous, libéraux, à exercer nos professions avec comme seul souci le bien être des personnes malades que nous avons en charge.

Nos patients ont besoin de soignants, humains, non de gestionnaires comptables enfermés dans une logique de rentabilité.

Une infirmière libérale... à bout de souffle.

Retrouvé le texte dans sa version originale ici : Une infirmière à la maison.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Depuis le 1er septembre 2015, le stationnement à Lille est devenu payant pour les médecins libéraux, kinésithérapeutes et infirmiers. La mairie a mis en place un tarif « pro » qui coûte 750 € par an ou 4 € par jour. La décision est très contestée dans les milieux médicaux.