Bienvenue

Lille : les médecins, kinés et infirmiers paieront leur stationnement

Depuis le 1er septembre 2015, le stationnement à Lille est devenu payant pour les médecins libéraux, kinésithérapeutes et infirmiers. La mairie a mis en place un tarif « pro » qui coûte 750 € par an ou 4 € par jour. La décision est très contestée dans les milieux médicaux.

Les professionnels de santé devront désormais s'acquitter d'un tarif pro pour le stationnement de leur véhicule, comme les artisans. Une décision prise sans aucune concertation selon les représentants des médecins et des kinésithérapeutes.

« C’est honteux », dénonce le docteur Ben Salem. « Nous sommes quand même des professionnels de l’urgence. On nous méprise et on nous ment. Avant, la mairie nous promettait des places de stationnement réservées devant nos cabinets et même des gyrophares sur nos voitures, comme ceux de SOS médecins. Aujourd’hui, c’est tout le contraire. »

Même s’ils peuvent bénéficier d’un macaron délivré par la police municipale pour leurs visites à domicile – le caducée ne suffit plus –, qui leur donne une heure gratuite, le Dr Ben Salem évoque le problème de son dépassement. « La consultation est à 33 € et le PV à 35 €, faites le compte ! » 

L’adjoint lillois Jacques Richir est étonné par ce mouvement de contestation des professionnels du soins : « Je rappelle que c'est pareil partout en France, dans les grandes villes », explique l'élu qui précise que le stationnement payant ne concerne que les secteurs du centre et que le stationnement est beaucoup moins cher à Lille qu'à Bruxelles ou à Londres. Mais pour tenter de calmer la grogne, il se dit prêt à rencontrer des représentants des professionnels de santé.

Plus d'informations sur le site de la Mairie de Lille : Stationnement des professionnels 

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Alors qu’elle officiait depuis moins de 24 heures à son poste d’infirmière dans une maison de retraite du 7e arrondissement de Lyon, une jeune infirmière a été prise en train de dérober un important stock de médicaments destinés aux résidents. Elle récolte quatre mois de prison avec sursis.