Bienvenue

Lutte contre la désertification médicale : des professionnels de santé libéraux bergeracois créent un Pôle de Santé

Près de 40 praticiens de santé exerçant à Bergerac se sont réunis pour créer une association, qui vise à attirer des jeunes confrères. Ces professionnels souhaitent en effet limiter, voire inverser, la désertification médicale qui menace la ville de Cyrano.

Créée à la fin du mois de janvier, à Bergerac, l’association regroupe des professionnels du médical et du paramédical. Ils sont 37 à y adhérer : 15 généralistes, 13 infirmiers, 6 masseurs kinésithérapeutes et 3 chirurgiens-dentistes. 

Présidé par le docteur Benoît Blanc, le Pôle libéral de la Santé de Bergerac ambitionne à attirer les jeunes praticiens de soins de premier recours libéraux. Le but est d’enrayer la désertification médicale, d’agrandir et renouveler trois groupes déjà existants de médecins généralistes : un en centre-ville, un deuxième dans la rue Jules-Michelet et un dans le futur quartier de Naillac. 

La deuxième étape de ce projet consiste à créer une maison des internes et stagiaires. Ce Pôle permettra, en effet, aux étudiants en médecine d’y effectuer un stage, sans besoin de se déplacer dans une autre ville ou région. 

Dynamiser la ville de Bergerac et promouvoir son image.

L’association espère ainsi dynamiser la ville de Bergerac et promouvoir son image. Selon le docteur Benoît Blanc, sans ce projet, Bergerac risque de passer de « zone d’accompagnement prioritaire à zone fragile, et ainsi de rejoindre la liste des déserts médicaux ». « Si rien n’est fait pour endiguer l’hémorragie, la ville comptera tout au plus une quinzaine de médecins en 2018. Soit un généraliste pour 1 800 habitants, contre un pour 1 150 aujourd’hui », déplore Valérie Latarche-Bertrand, la chargée de mission du Pôle de santé de Bergerac. 

D’ici peu, 10 chirurgiens-dentistes partiront à la retraite. Pourtant, les successeurs se font rares. Le constat est le même pour les masseurs-kinésithérapeutes, dont le nombre diminue progressivement chaque année.

Mettre en relation l’ensemble des structures de la santé de la ville.

Par la suite, les adhérents au Pôle mettront en place une « mise en réseau de l’offre de soins », afin de mettre en relation l’ensemble des structures de la santé de la ville : le centre hospitalier Samuel Pozzi, la clinique Pasteur, mais également tous les cabinets médicaux et paramédicaux. L’association envisage, par la même occasion, de développer un « pool de secrétaires et un numéro unique »

La présidence de l’association tournera pour faire en sorte qu’aucune des spécialités représentées ne soit lésée. De plus, chaque spécialité qui n’a pas la présidence aura une vice-présidence. La solidarité de ces professionnels de santé adhérents permettra-t-elle d’enrayer la désertification ?

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

La Journée européenne de lutte contre l’obésité s’adresse à tous les publics concernés (patients et personnels de santé).  A l’origine de cet événement, la Commission européenne Santé & Environnement qui, depuis 2010, se concentre sur les problèmes d’obésité en Europe.