Bienvenue

Marisol Touraine condamne l'agression d'une infirmière libérale par un patient

Cinq jours après les faits, Marisol Touraine témoigne (enfin!) son soutien à l'infirmière libérale agressée sauvagement en Bretagne.

PARIS, 21 avril 2015 (APM) - La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Marisol Touraine, "condamne avec la plus grande fermeté", dans un communiqué mardi, l'agression d'une infirmière libérale qu'un de ses patients est soupçonné d'avoir commise à Calanhel (Côtes-d'Armor).

"Cette infirmière libérale a été brutalement agressée par l'un de ses patients jeudi 16 avril alors qu'elle réalisait des soins à son domicile", rapporte le communiqué.

Marisol Touraine dit l'avoir appris "avec une très vive émotion", "témoigne à l'infirmière son soutien et lui adresse tous ses voeux de rétablissement".

Elle "tient à exprimer sa profonde reconnaissance à l'ensemble des professionnels de santé pour le travail remarquable qu'ils accomplissent chaque jour, dans des conditions parfois difficiles, au service de leurs patients".

Le Télégramme de Brest a rapporté lundi qu'un "agriculteur d'une soixantaine d'années" aurait infligé un "passage à tabac" à cette infirmière libérale, âgée de 50 ans, lors d'une visite à son domicile. La soignante a affirmé au journal qu'elle le connaissait depuis "40 ans" et le soignait depuis quatre ans.

Alors qu'elle terminait sa visite, le patient aurait tenté de lui toucher la poitrine. Elle l'aurait repoussé, mais il l'aurait fait tomber à terre, l'aurait frappée à plusieurs reprises, avant d'essayer de lui retirer son jean, sans y parvenir. L'homme s'étant éloigné vers sa maison, elle aurait rampé jusqu'à son véhicule et réussi à se rendre à la gendarmerie.

Le quotidien régional indique que le patient a été interpellé puis conduit au centre hospitalier (CH) de Bégard, spécialisé en psychiatrie. Ces violences auraient entraîné 10 jours d'incapacité totale de travail (ITT) pour l'infirmière, hospitalisée durant 48 heures à Guingamp.

La Fédération nationale des infirmiers (FNI) a également réagi mardi, pointant "une nouvelle agression d'une sauvagerie inouïe". Elle réclame "que des mesures soient prises sans délai".

Le syndicat d'infirmiers libéraux indique que son président, Philippe Tisserand, "a contacté Marie-Françoise Droniou, adhérente et militante à la FNI depuis son installation en libéral il y a 25 ans, à l'issue de son hospitalisation, pour lui exprimer son soutien et celui de la fédération".

"Bouleversé par cette nouvelle agression aux lourdes conséquences physiques et psychologiques", le responsable syndical, cité dans le communiqué, "se dit également révolté par la façon indigne dont les forces de l'ordre ont accompli leur mission de police et de secours". "Au lieu de recevoir l'accueil que toute victime est en droit d'attendre, les gendarmes ont indiqué à Marie-Françoise Droniou qu'elle devait d'abord faire appel aux pompiers et ont refusé de lui ouvrir leur porte avant leur arrivée", affirme le syndicat.

Contacté par l'APM mardi, le parquet de Saint-Brieuc n'a pas été en mesure de s'exprimer sur cette affaire.

www.apmnews.com - nc/ab/APM polsan

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Alors qu'une infirmière libérale s'est faite sauvagement agressée la semaine dernière en Bretagne, et alors que la presse s'en fait l'écho depuis deux jours, aucun communiqué officiel de soutien n'a été rédigé par le Ministère de la Santé, ni même un simple tweet.