Bienvenue

Médecins intérimaires : le gouffre financier des hôpitaux

Payés jusqu’à 15 000 euros par mois, les médecins intérimaires, provoquent un surcoût de 500 millions d’euros par an aux établissements hospitaliers. 

En intérim, un médecin peut toucher jusqu’à 800 euros net par jour, soit plus de trois fois le coût normal d’une journée de travail pour un médecin titulaire, payé 260 euros. Pour l’hôpital cela représente finalement un coût de 1370 euros. Des pratiques qui coûtent chères mais qui sont parfois la seule solution pour les hôpitaux pour résoudre la pénurie de médecins sur certaines spécialités, connues comme les plus difficiles. 

Cela touche en particulier l’anesthésie, la médecine d’urgence et radiologie, la gynécologie et la pédiatrie. En 2012, 15 000 postes de titulaires étaient vacants en raison de la désaffection dans certaines régions ou certaines spécialités. Les petits hôpitaux ont été les premières cibles de ce phénomène qu’ils ont accepté, sous peine de fermer un service entier. Une situation qui s’est étendue aux plus grandes structures, qui n’arrivaient plus à recruter assez de titulaires. Un phénomène qui s’accentue ces dernières années, et qui tend à devenir une pratique courante pour les hôpitaux.

Accumuler des contrats temporaires peut rapporter au médecin jusqu’à 15 000 euros par mois.

Ces médecins intérimaires n’ont pas de profil type, ce sont des jeunes qui ne cherchent pas immédiatement une stabilité (20%), des mères de famille (25%) autant que des seniors retraités (25%). L’analyse porte essentiellement sur l’état d’esprit de ces professionnels. 30 % d’entre eux avouent effectuer des missions d’intérim pour gagner autant en travaillant moins ou pour gagner beaucoup plus. En effet accumuler des contrats temporaires peut rapporter au médecin jusqu’à 15 000 euros par mois.

C’est Olivier Véran, neurologue et député du PS qui a présenté ce rapport mardi dernier auprès des députés « (…) En recoupant plusieurs données (emplois temporaires, postes vacants...), j'ai estimé que 6 000 médecins ne font que du remplacement. Ils passent par des agences d'intérim, des cabinets de recrutement ou en négociant directement avec les hôpitaux. Ils sont payés en moyenne 650 euros nets la journée, 1 300 la garde. A quoi il faut ajouter les frais de transport, d'hébergement et de bouche, et des indemnités de congés payés ou de précarité pour les intérimaires » déclare-t-il lors d’une interview accordée au journal Le Monde.

Au niveau du professionnel, une pratique illégale est très souvent exercée : le double emploi

Du côté des hôpitaux, les sanctions sont rarement appliquées. Les établissements contournent les lois qui interdisent de payer un praticien au-dessus d’un certain seuil en déclarant le médecin à temps plein alors qu’il est à temps partiel, ou en payant des gardes non effectuées. Mais au niveau du professionnel, une pratique illégale est très souvent exercée : le double emploi. En effet certains médecins titulaires effectuent, lors de leurs congés ou RTT, des missions d’intérim auprès d’autres hôpitaux.

Les conséquences de ces pratiques sont nombreuses. Tout d’abord elles provoquent un déficit important pour les hôpitaux et des postes de praticiens inoccupés. On constate également un nombre de démissions importantes comme par exemple en radiologie où en 2012, un quart des départs de titulaires ne concernaient pas un départ en retraite. Enfin, en plus d’un bouleversement de l’équipe de travail, cette situation peut influer sur la prise en charge du patient, car ces médecins intérimaires ignorent tout des procédures et du fonctionnement de chaque établissement de santé.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Le 16 décembre, la conférence citoyenne sur la fin de vie s’est prononcée favorablement pour la mise en place du suicide assisté et de la création de l’exception d’euthanasie.