Bienvenue

Modernisation des systèmes d'information des SAMU : les 11 premiers pilotes déployés à partir de 2018

Onze Samu pilotes ont été sélectionnés dans le cadre du programme de modernisation des systèmes d'information (SI) et de télécommunication des Samu-Centres 15, dont la phase d'amorçage est en cours, a indiqué Mikaël Uguen, chef de projets expert à l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé), jeudi lors des salons santé autonomie, à Paris.

Les travaux sur la modernisation du SI des Samu, qui ont débuté en juillet 2010 après la remise du rapport relatif "à la modernisation des Samu" par le Dr Pierre Mardegan, sont entrés dans leur phase de réalisation en juin 2014, a rappelé Mikaël Uguen lors d'un point d'étape organisé sur le stand de l'Asip santé.

L'objectif du projet est la mise en oeuvre d'une solution unique et mutualisée, où applications et téléphonie seraient intégrées et disponibles en mode service (SaaS) sur l'ensemble du territoire.

L'étape d'amorçage, prévue pour durer 18 mois, est structurée en six "macros-chantiers" et a notamment pour objectif de mettre en place la gouvernance du programme, de préparer et d'engager les procédures de marchés publics et de mener des travaux d'expression détaillée des besoins et référentiels métiers.

Ce dernier point a débuté dès l'étude de faisabilité du programme par l'envoi d'un questionnaire à l'ensemble des Samu. "Nous avons eu 99% de retours", a indiqué Mikaël Uguen. L'Asip santé voit dans ce chiffre une preuve de l'attente forte des acteurs sur ce programme. Les réponses au questionnaire ont montré "que les pratiques diffèrent, mais que les besoins des différents Samu sont convergents".

Neuf agences régionales de santé (ARS) représentant 42 Samu se sont portées candidates pour participer à la phase pilote du programme. Onze Samu ont finalement été sélectionnés, en fonction de l'urgence de la modernisation de leur SI. "Le choix des ARS s'est porté sur les Samu où il y a un risque à se maintenir dans l'état actuel", a précisé Mikaël Uguen. Les logiques de coopérations entre certains Samu ont aussi été prises en compte.

Il s'agit des Samu de Mulhouse (Haut-Rhin), Albi, Rodez, Besançon, Dijon, Mont-de-Marsan, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), Pau, Guéret, Tulle et Limoges.

Cette phase pilote sera lancée en 2018, pour une durée prévue de 14 mois. L'étape de déploiement national est ensuite prévue pour durer quatre à cinq ans.

Des visites sur ces 11 pilotes ont permis d'identifier les gains liés au futur déploiement du SI unique. "Les gains fonctionnels concernant le LRM [logiciel de régulation médicale -NDLR] ont été identifiés comme importants", a indiqué l'expert de l'Asip santé. Des gains "très significatifs" sur la cartographie et la téléphonie sont aussi attendus.

Sur cette phase pilote, "l'interconnexion 15-18 [Samu-pompiers -NDLR] et le lien avec les ambulanciers constituent une priorité", a ajouté Mikaël Uguen.

La stratégie achat de l'Asip santé est basée sur une "logique de découpage", avec quatre marchés de maîtrise d'oeuvre et trois marchés d'assistance à la maîtrise d'ouvrage. Les paramètres des quatre premiers sont l'"hébergement, la téléphonie et la distribution", "les logiciels applicatifs SI-Samu", "le réseau Win IP MPLS" et les infrastructures SI-Samu.

Les marchés d'assistance sont divisés en blocs "Métier et PMO" (Project Management Office), "Déploiement" et "Architecture, intégration et qualification, exploitation et support global".

L'appel d'offres "Métier et PMO" sera lancé "cet été" et le marché "déploiement" a déjà été notifié. Les autres appels d'offres seront lancés "début 2016". L'Asip santé communiquera un calendrier plus précis "dans les prochaines semaines" afin de permettre aux entreprises de préparer leurs réponses.

www.apmnews.com - mb/ab/APM, par Morgan BOURVEN, aux salons santé autonomie. Crédit Photo © AP-HM.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Les premiers infirmiers de bloc opératoire diplômés d'Etat (Ibode) habilités à pratiquer les nouveaux actes exclusifs de cette spécialisation sont sortis de formation en avril, a indiqué à l'APM la présidente de l'Union nationale des associations d'Ibode (Unaibode), Brigitte Ludwig.