Bienvenue

Personnel soignant : entre revendications, découragement et résignation ?

Les professionnels de santé dénoncent régulièrement les conditions de travail dans lesquelles ils exercent. Pourtant la situation ne change pas, voire s'aggrave. Le ministère ne réagit pas et la mobilisation des soignants peine à se faire sentir. 

« Mais qui prend soin de nous ? », c'est la question qui revient de plus en plus à la bouche des soignants. Et pour cause, les conditions de travail se dégradent au fil du temps, à l'image du mois de juillet qui aura été marqué par une recrudescence des agressions envers les soignants, sans que le ministère ne réagisse.

«Tout le monde se plaint, mais dès qu'il faut agir : plus personne !»

De nombreux mouvements, syndiqués ou non, sont apparus ces dernières années à l'instar du Collectif Ni Bonnes Ni Nonnes Ni Pigeonnes. Beaucoup de revendications sont exprimées sur les réseaux sociaux, mais comment expliquer que personne ne se mobilise concrètement ou massivement ?

Une infirmière que nous avons rencontrée déplore le comportement de certaines de ces collègues : « Tout le monde se plaint, mais dès qu'il faut agir : plus personne ! ».

Pourtant la réalité est là : burn out, les salaires ne sont pas revalorisés, le nombre de soignants par patient diminue, les recrutements se font attendre, les services sont surchargés, bref les conditions de travail sont de plus en plus difficiles pour les infirmiers, aides-soignants, AMP, ASH, etc.

Et l'Ordre National des Infirmiers dans tout ça ?

Créé en 2006, l'ONI semblait pouvoir rétablir un certain équilibre dans les relations entre la profession infirmière et le ministère de la santé. Dans l'une de ses missions, il est écrit que l'ONI « assure la défense de l’honneur et de l’indépendance de la profession d’infirmier ». C'était plutôt prometteur.

Bien au contraire, l'Ordre Infirmier est depuis le début critiqué par les infirmiers eux-mêmes, notamment les libéraux qui remettent en cause l'inscription et la cotisation obligatoire à l'Ordre.

Le 13 mai dernier, Marisol Touraine, la ministre des Affaires Sociales et de la Santé affirmait elle-même, devant l'ensemble des députés, que l'avenir de l'Ordre National des Infirmiers était « clairement menacé »

Les soignants sont-ils résignés ?

Finalement, certains diront que les soignants sont résignés, dévolus à leurs tâches, peu importe les conditions. L'image de la bonne sœur est parfois encore bien ancrée. D'autres diront qu'il faut du temps pour mobiliser et convaincre. Et encore d'autres diront simplement qu'il y a pire comme situation.

Peut-être que la vérité est entre les trois. Est-il possible de mobiliser plus d'un million de soignants quand il n'y a pas de leader ? Est-il possible de structurer un mouvement quand le découragement face à la réalité prend le dessus ? Est-il possible de convaincre quand certains sont satisfaits de leurs conditions d'exercice ?

Qu'en pensent les patients ?

Et pourtant, quel beau métier que de prendre soin de la santé des autres !

Les patients, c'est à dire tout le monde, ont leur rôle à jouer pour la défense des professionnels de santé. D'autant plus que ces professions figurent en bonnes places dans le classement des métiers préférés des Français.

Tant que le reste de la population ne s'émouvra pas des conditions de travail des professionnels qui la soignent, il est fort à parier que les choses de changeront pas.

3 commentaires

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

L’intérim à durée indéterminée : voici le nouveau contrat de travail « deux en un ». En effet, il allie les avantages du travail temporaire à la sécurité de l’emploi.