Bienvenue

Soigne et tais-toi !

Les jours se suivent et se ressemblent : diminution des effectifs et des budgets, fermetures de services. Bref, le système de santé s'effondre, mais rassurez-vous, l'Etat fait des économies.

Il semblerait que Le Politique, de droite comme de gauche, ait décidé depuis plusieurs années, de sacrifier l’Hôpital Public et le Personnel Soignant avec.

Assurer la Santé des Français est une des missions régaliennes de l’Etat, au même titre que l’Enseignement, la Défense et la Sécurité publique. Et pourtant, nous avons le droit chaque semaine, à une nouvelle annonce de désengagement de l’Etat : fermetures d’établissements, fermetures de services, baisse des budgets, non-remplacements des départs en retraite, suppressions de postes, etc. Ajoutez à cela des réglementations administratives de plus en plus lourdes pour les libéraux.

Le sort du personnel soignant n’intéresse que très peu Le Politique

Oui mais voilà, le sort du personnel soignant n’intéresse que très peu Le Politique. Comprenez bien, vous ne faites que rarement grève, et quand vous la faites, vous ne dérangez pas beaucoup de monde ou vous êtes réquisitionnés.

Pire, le citoyen ne vous défend pas : aux urgences, le patient préfère taper sur l’infirmière à cause des heures d’attente, que d’accuser le politique de ne pas vous donner les moyens de faire votre travail dans de bonnes conditions.

Les soignants sont-ils résignés ?

 

Certains diront que les soignants sont résignés, dévolus à leurs tâches, peu importe les conditions. L'image de la bonne sœur pour l’infirmière est parfois encore bien ancrée. D'autres diront qu'il faut du temps pour mobiliser et convaincre. Et encore d'autres diront simplement qu'il y a pire comme situation.

 

Pour la Sécurité publique, il aura fallu attendre les attentats du 7 janvier 2015 pour que Le Politique décide de redonner des moyens supplémentaires aux forces de l’ordre qui comme les soignants, voyaient leur nombre diminuer depuis des années pour faire des économies.

En France, nous sommes capables de faire vivre un patient avec un cœur Carmat, ou d’accueillir des chefs d’états du monde entier au Val-de-Grâce,  mais dans certains services, nous ne parvenons pas à fournir des blouses en nombre suffisant au personnel.

Que faudra-t-il attendre pour que Le Politique décide de s’intéresser aux professionnels de santé ? 

En attendant, le personnel soignant est épuisé, parfois agressé, les arrêts maladies fusent tout comme les burn-out, voire les suicides chez certains.

Les soignants sont aux premières loges de l’effondrement du système de santé public, mais Le Politique de les entend pas. Et pourtant vous faites le plus beau métier du monde !

1 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Le ministère de la santé espérerait économiser 860 millions d'euros sur 2015-2017, grâce à la maîtrise des effectifs et de la masse salariale des hôpitaux, a rapporté l'hebdomadaire Challenges vendredi soir sur son site internet.