Bienvenue

Troubles psychiatriques du bébé : l’âge du père augmente les risques

Il n’y a pas que l’âge de la mère qui influe sur la santé de l’enfant. Selon une étude américano-suédoise, la paternité tardive aurait des effets sur la santé mentale du bébé.

Des chercheurs de l'Université d'Indiana (États-Unis) et de l'Institut Karolinska à Stockholm démontrent au travers d’une étude, publiée mercredi dernier, les risques de troubles psychiatriques et de problèmes d’apprentissage chez les enfants de père âgé.

En effet, l’étude établit un lien très fort entre l’âge avancé du père et le risque pour l’enfant de développer une maladie psychiatrique, un trouble de l'attention, un trouble autistique ou bipolaire. D’autres conséquences ont également été révélées comme la vulnérabilité aux problèmes de drogue et les tentatives de suicide.

25 fois plus de risque de souffrir de trouble bipolaire

Basé sur les données médicales de suédois nés entre 1973 et 2001, le projet scientifique a pu mettre en avant certains chiffres en comparant un enfant d’un père jeune et un autre d’un père plus âgé.

Par rapport à un enfant dont le père est âgé de 24 ans à sa naissance, un enfant dont le père est âgé de 45 ans présente : 

• 13 fois plus de risque de souffrir d'un trouble de l'attention,

• 3,5 fois plus de risque de souffrir d'autisme,

• 25 fois plus de risque de souffrir de trouble bipolaire,

• 2,5 fois plus de risque quant aux tendances suicidaires et aux problèmes de drogue.

Avec l’âge les hommes sont davantage exposés aux toxines environnementales

Mais comment expliquer ce risque accru de troubles mentales sur

l’enfant ? 

L’équipe de recherche explique qu’avec l’âge les hommes sont davantage exposés aux toxines environnementales qui peuvent altérer l'ADN du sperme. Ceci pourrait expliquer l'impact négatif du vieillissement du sperme sur le développement du futur enfant.

En France, l'âge moyen de la mère et du père à la naissance de leur premier enfant augmente régulièrement depuis le milieu des années 1970. Il se situe autour de 28 ans pour la femme, soit 4 années de plus qu’en 1967, et de 32 ans pour l'homme.

Les résultats de l’étude se veulent tout de même rassurants puisque les effets négatifs d’une paternité tardive peuvent être contrebalancés par le niveau de formation des parents, ainsi que par leurs revenus. Les chercheurs tempèrent également ces chiffres plutôt impressionnants puisqu’ils indiquent que « les résultats de cette étude ne signifient pas que tous les enfants nés d'un père plus âgé auront ces problèmes ».

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Le nombre d’opérations de l’appendicite a été divisé par quatre en 30 ans grâce notamment aux progrès de l'imagerie médicale et de la biologie.