Bienvenue

Vaccins DT-Polio : le Professeur Joyeux répond à Marisol Touraine

La ministre de la Santé Marisol Touraine a haussé le ton après la parution d'une pétition anti-vaccin, lancée par le Professeur Joyeux et ayant récolté près de 500.000 signatures. En réponse à la ministre le cancérologue montpelliérain lui propose un face à face télévisé.

Le professeur Henri Joyeux, cancérologue et chirurgien à Montpellier, a jeté un pavé dans la mare, avec une pétition qui alerte sur les dangers de la vaccination. Elle a déjà recueilli plus de 500 000 signatures. Vendredi dernier, la ministre de la Santé s'en est mêlée et a fustigé les positions du professeur. 

Dans un communiqué paru lundi 1 juin 2015, le Professeur Joyeux répond à la Ministre :

Madame la Ministre Marisol Touraine, je vous propose un face à face télévisé en DIRECT sur la chaîne de votre choix. Je ne doute pas que vous accepterez à la lecture de ce communiqué que je vous adresse publiquement, puisque sans me connaître vous m’avez critiqué publiquement. J’attends avec impatience votre réponse.

A ce sujet, permettez-moi de regretter le « procès politique » que vous m’avez fait, car il n’est pas à la hauteur du débat de fond que nous devons avoir sur la vaccination et la pénurie de DT-Polio.

Manquez-vous donc tant d’arguments que vous vous soyez sentie obligé d’attaquer des convictions scientifiques sur des sujets totalement différents des vaccins, la pilule et l’avortement ?

Sans les connaître, vous qualifiez mes positions sur ces sujets de « rétrogrades ». Ces affirmations sont d’une extrême gravité et méritent des réponses argumentées que nous pourrons discuter tranquillement et courtoisement en face à face.

Je ne cherche pas à défendre une quelconque idéologie. Comme vous, je m’intéresse à la santé de tous et en particulier de toutes les familles et de leurs enfants, dont je suis un des représentants.

Et de ce point de vue, il me paraît grave, pour une Ministre de la Santé, d’affirmer comme vous le faites que « la vaccination, ça ne se discute pas », alors même qu’un débat équilibré « bénéfice / risque » doit porter sur cette forme de médicaments, comme sur tous les médicaments.

Le grand public a de plus en plus soif d’informations justes et mesurées.

Concernant les vaccins Je ne suis pas opposé aux vaccins obligatoires DTP (contre Diphtérie-Tétanos-Polio). Ils ont suffisamment fait leurs preuves par le passé. En revanche, je suis obligé d’alerter les familles sur 4 points essentiels.

1/ Le DTP seul, trivalent n’est plus fabriqué, les stocks sont épuisés. Il est maintenant associé à 3 vaccinations supplémentaires non obligatoires que l’on cherche à imposer aux familles : la coqueluche, la grippe (virus B) et l’hépatite B soit un vaccin héxavalent (protégeant des 6 maladies) évidemment 7 fois plus cher. Quant aux vaccins gratuits, protégeant contre les maladies DTP, il faut préalablement apporter la preuve que l’enfant court des risques neurologiques (e encéphalopathies aiguës, encéphalites et encéphalomyélites) s’il est vacciné contre la coqueluche, avec le vaccin à germe entier, ce qui est très difficile à démontrer et limite de façon radicale le nombre de bénéficiaires.

2/ Vacciner un enfant de 2 mois contre l’Hépatite B est aberrant sauf pour les enfants dont les parents - heureusement très peu nombreux – sont eux-mêmes porteurs du virus de l’hépatite B. Cette hépatite n’atteint que les professionnels au contact du sang humain (chirurgiens, infirmières et personnels soignants), les personnes qui s’adonnent librement à la drogue ou celles qui ont des relations intimes avec de multiples partenaires.

3/ Vos collaborateurs et certains scientifiques vous ont affirmé qu’il n’y a pas de relation entre la vaccination contre l’hépatite B et la Sclérose en plaques. Ils passent sous silence deux sources de données, celles du système national d’Assurance-maladie (CNAM) et du système de pharmacovigilance de l’ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé) qui ont permis au Dr Dominique Le Houézec d'identifier une augmentation de 65 % des cas de scléroses en plaques (SEP) dans les années 1995-1996, soit peu de temps après la campagne de vaccination de masse chez les adolescents, contre l’hépatite B qui a eu lieu en 1994.

Evidemment, pour déculpabiliser le vaccin, certains spécialistes affirment sans preuve que celui-ci pourrait déclencher l’apparition d’une maladie qu’on a déjà de manière silencieuse et d’autres prétendent que les meilleurs moyens diagnostiques détectent plus de malades. Manière astucieuse de poursuivre les campagnes de vaccination chez les bébés de 2 mois, en affirmant « il n’y a aucun risque ».

Pourtant « Les données chiffrées disponibles en France montrent un signal statistique certain en faveur d’un lien de causalité entre l’événement vaccination-HB et l’apparition de SEP, avec une corrélation maximale dans les deux années suivant la vaccination », explique le Dr Le Houézec.

(…) 

4/ Trois produits présents dans les vaccins sont dangereux pour la santé : 

- l’aluminium présent même à petite dose est un toxique démontré pour le système nerveux central quel que soit l’âge. L’Académie de médecine le confirme dans son rapport sur les adjuvants vaccinaux (juin 2012) : « Il existe un consensus pour considérer l’aluminium comme un produit neurotoxique de façon aiguë. ». Or l’aluminium est présent dans les vaccins hexavalents concurrents (Infanrix Hexa) et Hexyon. A juste titre les familles n’en veulent pas pour leurs enfants. N’allez-pas les leur imposer, et arrêtez de les faire culpabiliser en leur faisant croire que s’ils ne vaccinent pas leur enfant ils seront coupables !

- le formaldéhyde est un produit considéré comme cancérigène utile pour inactiver des toxines bactériennes ou des virus lors de la fabrication. Curieusement le fait qu’il soit cancérigène n’interdit pas son utilisation. On trouve aluminium et formaldéhyde dans le Revaxis « indiqué chez l'adulte, en rappel d'une vaccination antérieure, pour la prévention conjointe de la diphtérie, du tétanos et de la poliomyélite. » Donc un DTP dangereux chez l’enfant et aussi pour l’adulte.

- le mercure présent dans le thiomersal est utilisé pour prévenir toute prolifération bactérienne et fongique dans certains vaccins en cours de stockage. C’est un produit toxique dont l’organisme n’a pas besoin, c’est pour cela que les thermomètres au mercure ont été supprimés grâce à une campagne magistrale.

(…)

Madame Touraine, je reste à votre disposition pour un dialogue en face à face. Cela aiderait à éclairer nos compatriotes sur les 3 sujets que vous avez évoqués et qui sont d’une extrême importance pour la santé publique dont vous êtes responsable. 

Soyez assurée Madame la Ministre de mon plus grand respect.

Pr Henri Joyeux

Le 1 juin 2015

1 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Environ 4.000 personnes selon les organisateurs et 2.500 selon la gendarmerie ont défilé samedi 30 mai 2015 dans les rue de Feurs (Loire) pour défendre l'hôpital de la ville, dont plusieurs services ont été ou doivent être prochainement transférés à Montbrison.