Bienvenue

"Vous prenez de l'âge, vos reins aussi"

« Vous prenez de l’âge, vos reins aussi ». Voici le thème central de la 9e Journée mondiale du rein, créée en 2006 par la Fédération Internationale des Fondations du Rein et la Société Internationale de néphrologie. Les maladies rénales touchent, aujourd’hui, un adulte sur dix, soit plus de 500 millions de personnes dans le monde, dont 3 millions de français. Chaque deuxième jeudi du mois de mars, la France se mobilise autour des maladies rénales.

Une maladie rénale est, souvent, diagnostiquée tardivement, faute de symptôme, favorisant la progression rapide de la maladie vers une insuffisance rénale terminale, qui impose le recours à la dialyse ou à la transplantation. En France, environ 39 500 patients sont régulièrement dialysées, pour suppléer leur rein défaillant et filtrer leur sang. A partir de 40 ans, la filtration rénale commence à diminuer d’environ 1% par an. 60% d’entre eux ont plus de 60 ans, et 45% dépassent les 75 ans. Au total, 32 000 personnes vivent avec un greffon rénal.

Si l’on en croit la Fondation du rein et les spécialistes de la Santé, ces chiffres risquent de s’aggraver. La prochaine décennie pourrait connaître une explosion des maladies rénales. Même si cet organe vieillit naturellement, il est aussi négligé. Cette 9e édition de la Journée Mondiale du rein est l’occasion de montrer les progrès qui ont été faits, comme la dialyse de nuit. Cette possibilité est offerte aux insuffisants rénaux, principalement en Ile-de-France, et seulement dans 4 autres centres en province. D’après les premiers témoignages, la dialyse de nuit serait moins agressive pour le corps, et plus efficace.

Après 60 ans, trois personnes sur dix ont perdu le tiers de leur fonction rénale.

Bruno Moulin, le président de la société de néphrologie, au CHU de Strasbourg, précise même qu’ « en dix ans, le nombre de transplantations a doublé chez les patients de plus de 60 ans ». La baisse de la fonction rénale avec l’âge est un phénomène normal. Après 60 ans, trois personnes sur dix ont perdu le tiers de leur fonction rénale, et l’incidence des maladies rénales est très significativement augmentée.

Les avancées dans le domaine progressent. Nouvel espoir, plutôt enthousiasmant : la thérapie cellulaire. Un projet de recherche va même être mené, en Europe, sur vingt patients, pour étudier la tolérance d’une thérapie génique, à base de cellules souches. C’est une stratégie qui permettrait d’éviter les dialyses, et peut-être la greffe.

Sensibiliser le grand public autour des maladies liées aux dysfonctionnements rénaux reste un objectif.

Puisque les spécialistes de la Santé s’attendent à une forte augmentation du taux des maladies, liées aux dysfonctionnements rénaux, dans la décennie, sensibiliser le grand public autour de ces maladies reste un objectif. Si le dépistage s’effectue à un stade précoce et que la maladie est traitée de façon appropriée, la dégradation des fonctions rénales peut être ralentie, voire stoppée. La sensibilisation autour des maladies rénales reste cependant quasi-inexistante, et de nombreuses personnes sous-estiment le rôle crucial que jouent leurs reins au quotidien. 

« Notre mission est de sensibiliser, de débattre, d’éduquer et de développer des politiques qui permettent d’améliorer la prévention et le traitement des maladies rénales chroniques », explique John Feehally, coprésident du comité d’organisation de la Journée mondiale du rein. La 9e édition de cette Journée est consacrée aux maladies chroniques et au vieillissement. Les organisateurs souhaitent que chacun ait conscience de l’état de leurs reins, en parlant avec son médecin et en faisant un simple prélèvement de sang ou d’urine. Cette action peut détecter une maladie rénale chronique à un stade précoce.

« Boire un verre d’eau ne soignera pas vos reins, mais contribuera certainement à vous rappeler que vous devez en prendre soin ».

 La fonction principale du rein – éliminer les déchets – est essentielle. Il est donc important d’observer quelques règles simples d’hygiène de vie. Il est important de boire, chaque jour, un litre d’eau minimum. « Boire un verre d’eau ne soignera pas vos reins, mais contribuera certainement à vous rappeler que vous devez en prendre soin », a conseillé le professeur Guillermo Garcia Garcia, membre du comité d’organisation de la Journée mondiale du rein.

Une bonne solution est d’éviter les régimes hyperprotéinés, qui font travailler les reins à outrance, mais aussi la surconsommation, sur une longue période, de certains médicaments, toxiques pour les reins, tels que l’aspirine et les anti-inflammatoires en général. Enfin, manger de manière équilibrée, en limitant les graisses animales et le sel, reste nécessaire.

0 commentaire

Déjà inscrit

 Se souvenir de moi

Pas encore inscrit ? Rejoignez La Passion du Soin !

 J'accepte les conditions générales d'utilisation de La Passion du Soin

A lire aussi

Le 21 mars annonce le 1er jour du printemps … mais pas que. Depuis neuf ans, c’est aussi la Journée mondiale de la Trisomie 21. La date du 21 mars est symbolique : elle fait référence aux 3 chromosomes 21, à l’origine de cet handicap. La thématique choisie pour cette année est « Santé et bien-être - accès et égalité pour tous ».